14554 articles - 12260 brèves

Nouveau suicide à la maison d’arrêt de Varces (38)

Mise en ligne : 22 October 2004

Texte de l'article :

Grenoble, le 18 juin 2004
Nouveau suicide à la maison d’arrêt de Varces (38)

Le groupe local de Grenoble de l’OIP (Observatoire international des prisons) informe des faits suivants :

Mercredi 9 juin au matin, E. S. est retrouvé pendu dans la cellule qu’il occupe au sein du service médico-psychologique régional (SMPR) de la maison d’arrêt de Varces.
Âgé de 26 ans, E.S. a été condamné le 28 décembre 2003 à 18 mois de prison ferme. Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Privas (07) puis transféré début juin 2004 à la maison d’arrêt de Varces où il est placé au SMPR dans une cellule avec un autre détenu.
Le dernier parloir avec sa compagne s’est mal passé. Quelques jours plus tard, il aurait reçu une lettre de rupture.
Le mercredi 9 juin dans la matinée, E.S. attend que son codétenu descende en promenade, puis il se pend. C’est un surveillant qui découvre son corps 45 minutes après.
C’est le second suicide depuis le début de l’année à la maison d’arrêt de Varces.

L’OIP rappelle les termes du rapport de Jean-Louis Terra sur la prévention du suicide des personnes détenues (novembre 2003), qui constate que figurent, parmi les personnes présentant des risques suicidaires « un peu plus élevés », figurent « les personnes qui déclarent vivre en couple (11 % des détenus en couple vivent une séparation dans le premier mois de détention) ». Ce rapport préconise que « la surveillance spéciale pour risque de suicide doit être complétée dans tous les cas d’actions de protection et de soins où le détenu est un acteur de sa protection. Si la personne est à risque, mais n’est pas en crise suicidaire, prévenir consiste à agir sur les déterminants de la souffrance, pour lesquels une action est possible, afin d’éviter une évolution vers une idéation suicidaire ». Et notamment « les actions qui visent à atténuer l’impact des pertes (liens familiaux, insertion sociale, travail...) ».