14161 articles - 12260 brèves

N°091-92 A.I3.P3. ICH du 18 avril 2005

Mise en ligne : 18 April 2005

Dernière modification : 9 September 2005

Texte de l'article :

* N° DOUBLE / Ich s’arrête de paraître pour une durée indéterminée. *

 A.I3.P3./ ICH N°91-92 3ème année

 INFORMATIONS CRIMINOLOGIQUES HEBDO / LUNDI 18 AVRIL 2005

 ICH est disponible en ligne sur http://www.sante-prison.com
 mais aussi sur http://www.prison.eu.org

 PARCE QUE "LEUR LIBERTE C’EST LA NOTRE". Depuis le 5 janvier 2005,
 Florence Aubenas et Hussein Hanoun sont retenus en otage en Irak.
 Participez aux actions du Comité de soutien en consultant le site

 www.pourflorenceethussein.org.

 Envoyez vos chèques de soutien à l’ordre du Comité pour Florence
 et Hussein, Maire du Xème, 72 rue du Faubourg Saint-Martin
 PARIS 75010.
 
 *** A LA UNE / A LYON, LE 28 MAI 2005 ***

 - 1. - LYON. Samedi 28 mai 2005, 9h-18h30, LE CHOIX DE LA PEINE.
Qu’est-ce qu’une « bonne » peine ? Pour une évaluation des politiques
pénales.

 Journée d’étude interdisciplinaire organisée à l’occasion du 40e
anniversaire de l’Association française de criminologie (AFC), en
partenariat avec l’Université Jean-Moulin (Lyon III), Master 2
professionnel « pénologie ».

 Présentation et animation : Annie BÉZIZ, maître de conférences
(Lyon III), directrice du Master 2 « pénologie », Philippe POTTIER,
président de l’AFC, DSPIP (Charente), chercheur associé à l’ENAP,
Pascal REMILLIEUX, secrétaire général de l’AFC, éditeur
(Encyclopédie juridique Dalloz), chargé d’enseignement (Lyon III).

 Débats avec :

 - Jean DANET, maître de conférences (Nantes), avocat honoraire :
"La loi française participe-t-elle au choix d’une bonne peine ?"
 - Alain BLANC, magistrat, président de la Cour d’assises de Paris :
"Enjeux de la procédure judiciaire et de la politique pénale dans la
détermination de la peine".
 - Bruno AUBUSSON de CAVARLAY, directeur de recherches, CESDIP
(CNRS Ministère de la Justice) : "Apports et limites des outils
sociologiques et statistiques pour décrire et évaluer le choix des
peines.
 - Nathalie PRZYGODZKI, psychosociologue, maître de conférences
(Lille) : "Apports et limites des analyses psycho-sociologiques pour
décrire et évaluer le choix des peines".
 - Jean-Louis SENON, psychiatre, professeur de médecine (Poitiers),
vice-président de l’AFC : "Regard et évaluation du fonctionnement du
système judiciaire et pénal par les sciences du psychisme".

 - Lieu : Université Jean-Moulin (Lyon III) - Salle Huvelin Site des
Quais - 15, quai Claude Bernard - 69007 Lyon.

 * CONTACT : Entrée libre et gratuite dans la limite des places
disponibles. Inscription recommandée : afc.mail@afc-assoc.org
Tél. 01 40 64 53 11 ou 01 40 64 54 20. Participation au déjeuner
sur place : 5 € (3 € pour les étudiants).

 * OBJECTIFS DE LA JOURNEE

 Un séminaire du groupe de travail « Mesures et sanction pénales »
de l’AFC, intitulé le « Choix de la peine », s’est déroulé à Paris sur
deux ans avec les interventions notamment de : France-Line Mary,
sociologue, Nathalie Przygodzki-Lionet, psychosociologue, maître de
conférences, Université de Lille, Blandine Fourment, magistrate,
chef de l’inspection des services pénitentiaires, Alain Blanc,
magistrat, président de la cour d’assises de Paris, administrateur de
l’AFC, ancien sous-directeur de l’Administration pénitentiaire, Évry
Archer, psychiatre, expert, chef de Service CHU de Lille, SMPR Loos-
lès-Lille, François Molins, magistrat, procureur de la République du
TGI de Bobigny, ancien directeur adjoint de la DACG, Charlotte Trabut,
magistrate, juge des enfants de Bobigny, François Saint-Pierre, avocat,
auteur du Guide de la défense pénale (éd. Dalloz), Jean-Luc Domenech,
directeur de l’Institut national d’aide aux victimes et de médiation
(INAVEM), Philippe Pottier, DSPIP de la Charente, chercheur associé à
l’ENAP, président de l’AFC, Henri-Claude Le Gall, magistrat,
conseiller à la Cour de cassation, Daniel Zaguri, psychiatre, expert,
Alain Boulay, président de l’association Aide aux parents d’enfants
victimes (APEV), et d’anciens jurés de la cour d’assises de Paris.

 Les exposés et les débats très riches ont permis de faire un état
des lieux de la question du choix de la peine : état des données
statistiques, sociologiques et psychosociologiques connues,
description des procédures et mécanismes juridiques menant au choix
d’une peine, rôles et attentes des différents acteurs de la justice
pénale. Les différents professionnels intervenants dans le processus
pénal et justiciables ont fait état de leurs expériences et réflexions
individuelles : modalités et pratiques de leurs interventions quant
au choix de la peine (les critères du choix, l’existant, les limites,
les possibilités d’amélioration...).

 De l’ensemble de ces exposés et réflexions (prochainement publiées
aux éditions Dalloz) nous avons tiré quelques constats :
- la loi offre de très (trop ?) nombreuses procédures, peines et
aménagements de peine possibles qui superposés deviennent
difficilement lisibles et efficaces par les professionnels et les
justiciables ;
- tout est affaire de pratiques très variables d’une juridiction à
l’autre ;
- les facteurs socio-économiques et psychosociologiques ainsi que les
éléments de politique pénale déterminent les circuits judiciaires et
donc le mécanisme qui conduite au choix d’une peine ;
- et surtout, les outils d’analyses, les tableaux de bord sont quasi
inexistants.

 Partant de ce dernier constat, il est proposé durant cette
journée d’étude de se poser la question de l’évaluation du
processus qui mène au prononcé de la peine, avec comme problématique
la poursuite de la réflexion sur une justice de qualité :
« Qu’est-ce qu’une bonne peine ? ». Pour chaque champs de réflexion
qui concerne la criminologie (sciences du droit, sciences du
psychisme, sciences sociales) il sera fait une synthèse des
procédures, des pratiques pour établir un diagnostic du savoir :
que savons-nous, qu’est-ce qui n’est pas connu ou pas évalué ?
Chaque intervention sera une forme de bilan (notamment par des
exemples concrets) tendant à des propositions de grille
d’évaluations nécessaires pour parvenir à établir des critères de
choix. Il s’agit de tenter collectivement de poser les bases d’une
réflexion fondée sur une méthodologie scientifique.

 Le déroulement de la journée s’inscrit dans la logique du groupe
« MSP » : il ne s’agira donc pas d’un « empilement » d’interventions,
mais d’un séminaire de recherche devant aboutir à une construction
collective partant de la réflexion de spécialistes unanimement
reconnus autour de cinq thèmes recoupant les différents champs de la
criminologie, suivis de réels échanges avec la salle (1/2 h à 3/4 h
par thème). Pour s’assurer une bonne qualité scientifique aux débats
et amorcer les échanges (ce qui ne s’est jamais démentis durant deux
ans de séminaires) seront sollicités des « discutants » prévenus
d’avance et présentés comme tels qui pourront apporter leurs propres
analyses (interventions courtes ; 3 ou 4 personnes prévenues par
thème). Dans cette logique, une « présidence » de séance participant
activement à l’animation des débats est nécessaire.

 Les interventions et synthèses des débats seront ajoutés à
l’ouvrage en cours de préparation.

 * POUR PRENDRE CONTACT AVEC l’AFC...

AFC c/o M. Pascal Remillieux, 11 rue Franklin, 69002 LYON
Tél. 06 87 71 07 28, afc.mail@afc-assoc.org, http://www.afc-assoc.org
N° Siret 438 165 409 00014.

 *** LE KIOSQUE ***

 - 2. - "Quand dire, c’est punir". Essai de Michel van de KERCHOVE,
sur le jugement pénal, Bruxelles, Publications des Facultés
universitaires Saint-Louis, 2005, 320 p. ISBN : 2-8028-0158-9.

 L’évolution contemporaine de l’application du droit pénal permet
d’observer au moins deux phénomènes significatifs. D’une part, on
constate une dissociation de plus en plus fréquente entrele prononcé
du jugement pénal et son exécution, avec comme conséquence que cette
exécution n’est plus seulement rejetée dans l’ombre, mais totalement
 ou partiellement absente. D’autre part, se multiplient des
mécanismes aboutissant à ce que la déclaration de culpabilité de
l’auteur d’une infraction ne s’accompagne d’aucun autre prononcé.
Fruits notamment d’un double mouvement d’individualisation et de
diversification des peines, de tels phénomènes aboutissent
inévitablement à une valorisation croissante du prononcé de la peine
par rapport à son exécution, voire même de la déclaration de
culpabilité par rapport au prononcé de toute autre condamnation.
Loin d’apparaître comme des manifestation d’impunité, ces phénomènes
constituent davantage une forme de passage à la limite d’une pénalité
"immatérielle " où l’acte de punir se ramène à un pur acte de langage,
consistant à réaffirmer la loi, à dire le crime, à désigner son auteur
et à reconnaître publiquement le statut de la victime.
Centré sur l’étude du jugement pénal, le présent ouvrage s’attache
ainsi à développer l’idée que le dire apparaît non seulement comme
un élément constitutif de l’acte de punir, voire comme une peine à
part entière, mais encore, dans leur prolongement, comme un véhicule
essentiel de leur mémoire et de leur oubli.
Si l’analyse porte principalement sur les droits belge et français,
elle s’étend également à d’autres systèmes juridiques nationaux,
ainsi qu’au droit européen et au droit international.
[Présentation de l’éditeur]

 * Les éditions de l’INED viennent de faire paraître cet ouvrage :
Maurice Halbwachs et Alfred Sauvy, avec la collaboration de
Henri Ulmer et Georges Bournier, "Le point de vue du nombre (1936)",
précédé de l’avant-propos au tome VII de l’Encyclopédie Française de
Lucien Febvre et suivi de trois articles de Maurice Halbwachs,
édition critique sous la direction de Marie Jaisson et Eric Brian,
avec des contributions de Walter Gierl, Jean-Christophe Marcel,
Jean-Marc Rohrbasser et Jacques Véron. PARIS, INED, 2005, 480 pages.
CONTACT : Marie Jaisson (jaisson@univ-tours.fr)
 Eric Brian (brian@ehess.fr)

 * Le rapport annuel 2004 de la Commission nationale de déontologie
de la sécurité a été remis au Président de la République et au
Parlement et présenté à la presse le 18 avril 2005.
CONTACT : Nathalie.Duhamel@cnds.fr

 - 3. - POPULATION SOUS ECROU - Au 1er avril 2005, l’effectif de
la population sous écrou est de 60 492 (métropole et outre-mer).
En excluant les 826 condamnés placés sous surveillance électronique
et les 294 condamnés placées à l’extérieur sans hébergement, on
obtient une densité carcérale de 59 372 pour 50 608 places
opérationnelles, soit 117 détenus pour 100 places.

 13 établissements ou quartiers ont une densité égale ou supérieure
à 200 p. 100., 41 ont une densité comprise entre 150 et 200, 77 entre
100 et 150.

 La densité est de 284 à la maison d’arrêt de Lyon Montluc, 260 à
la maison d’arrêt de Lyon Perrache, 235 à la maison d’arrêt de
Chambery, 208 à la maison d’arrêt de Loos.

 La proportion de prévenus, parmi l’ensemble des personnes écrouées,
est de 34 %.

 - 4. - WWW-Le-site

 "Les inconvénients des lumières ne sont évités que par un
plus grand degré de lumière" (Madame de Staël, De l’Allemagne).

 Alors ouvrez vos oreilles : http://www.penombre.org

 - 5. - DES NOUVELLES DE "CHAMP PENAL / PENAL FIELD"

 www.champpenal.revues.org

 L’Assemblée générale extraordinaire de l’association-revue s’est
tenue, publiquement, le samedi 16 avril, à l’Estran (Paris IXe).

 Rappelons que cette association a pour seul but de gérer sur le
plan scientifique, administratif et financier, la revue "ChP/PF",
électronique, gratuite, à vocation bilingue (français-anglais),
pluridisciplinaire. Toutes les disciplines scientifiques qui
concourrent à la connaisance du champ sont concernées : les sciences
du droit, les sciences de la société, les sciences du psychisme,
ainsi que la philosophie.

 "Champ Pénal / Penal Field" s’est donné des nouveaux statuts qui
seront expérimentés sur un an et évalués lors de la prochaine AG
annuelle, en 2006.
La revue a renforcé ses instances éditoriales (représentant légal :
Pierre Pélissier, rédacteur en chef : Thierry Godefroy, directeur
éditorial : Gilles Chantraine assisté de cinq délégués éditoriaux).

Pour en savoir plus ...

 * CONTACT : champpenal@revues.org

 *** SMALL WORLD ***

 - 6. - CONSEIL DE L’EUROPE. Le comité européen pour les problèmes
criminels (CDPC) réuni les 7-11 mars, n’a pas adopté les nouvelles
Règles Pénitentiaires Européennes (règles et rapport explicatif) les
délégations demandant plus de temps pour prendre position sur ces
deux textes.
 Une réunion élargie du Bureau du CDPC est prévue les 15-17 juin à
ce sujet. Les commentaires éventuels des délégations sur le texte ont
été demandés pour la fin avril, afin qu’ils puissent être examinés
par le Conseil de coopération pénologique (PC-CP) lors de sa réunion
des 23-25 mai. Une fois approuvés par le Bureau élargi, ces textes
seront adressés à toutes les délégations au CDPC afin qu’elles
formulent des observations par écrit (qui devront être envoyées avant
la fin du mois de septembre 2005).
 Une fois cette procédure écrite achevée, les textes seront
transmis au Comité des Ministres pour adoption.

 Lors de la réunion de mars, le CDPC a aussi pris position
sur la Recommandation 1656 (2004) de l’Assemblée parlementaire du
Conseil de l’Europe (APCE) concernant l’élaboration d’une "charte
pénitentiaire européenne", comprenant une série de règles obligatoires
précises. le CDPC a considéré que tant que les nouvelles Règles
pénitentiaires européennes n’étaient pas adoptées (voir supra), il
était prématuré de se prononcer sur le statut juridique d’une charte
pénitentiaire européenne et sur le mécanisme proposé pour garantir la
cohérence des normes pénitentiaires. Il a donc été décidé de demander
au Bureau d’examiner la question d’une éventuelle charte pénitentiaire
européenne et de rendre compte au CDPC à sa prochaine réunion
plénière (prévue pour : 27 mars ou le 3 avril 2006).

 à suivre...

 *** CA SE PASSE EN FRANCE ***

 - 7. - Appel aux parlementaires "Allez parler d’Europe aux
citoyennes et citoyens détenu-e-s !"

 L’appel lancé par le Club "DES MAINTENANT" a reçu, à ce
jour le soutien de
Mme Nicole Borvo, présidente du groupe communiste au Sénat, pour le
"non",
Mme Alima Boumedienne-Thiery, sénatrice (les Verts), pour le "non"
Mme Adeline Hazan, députée européenne, secrétaire national du Parti
socialiste chargée des droits de l’homme, pour le "oui"
Mme Marylise Lebranchu, ancienne Garde des Sceaux, députée (PS),
pour le "oui".

 M. Michel Dreyfus-Schmidt, sénateur (PS) du territoire de Belfort
vice-président honoraire du Sénat soutient aussi l’appel, mais a
décidé de ne pas participer à la campagne référendaire (partisan
du non).

 * Contact a été pris avec la Direction de l’administration
pénitentiaire pour envisager l’organisation pratique des visites
des parlementaires.

 * Autres rendez-vous A NOTER dès maintenant...

- BELFORT. Jeudi 10 juin 2005 à 20h30, « Lutter contre le crime.
Pour une alternative de gauche à la démagogie sécuritaire ». Sous la
présidence M. Michel Dreyfus-Schmidt avec Pierre V. Tournier.
Lieu : Maison du Peuple, place de la Résistance, salle 327, Belfort.
Contact : Véronique Mougey, permanence parlementaire.
Tél. 03 84 28 06 20 (le matin).

- PARIS. Samedi 25 juin 2005, à 10h -13h. Rencontre sur « Le concept
de numérus clausus pénitentiaire » avec Bernard Bolze, fondateur de
L’Observatoire international des prisons (OIP), et des militants
associatifs, chercheurs, syndicalistes, avocats, magistrats,
fonctionnaires pénitentiaires, élus...
Lieu : L’Estran, 10, rue Ambroise Thomas, 75009 PARIS (métro
Bonne Nouvelle).

- A L’AUTOMNE, Rencontre sur « Approche critique de quelques
présupposés des pensées progressistes et de certaines de leurs
conséquences quant au traitement de la question des déviance »
avec Philippe Corcuff, maître de conférences de science politique à
l’IEP de Lyon. Membre du Conseil Scientifique d’ATTAC, animateur de
la SELS (Sensibilité Ecologiste Libertaire et radicalement Sociale-
démocrate), militant de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR).

 - 8. - Contre le traitement démagogique de la récidive.

 Le Club "DES MAINTENANT" remercie les 300 personnes physiques et
morales qui ont signé la pétition lancée pour le retrait de la
proposition de loi "Clément-Léonard" (UMP) sur le traitement de la
récidive des infractions pénales. Le club remercie aussi l’hebdo
POLITIS, seul média à avoir fait état de cette pétition (n°847,
14-20 avril 2005, www.politis.fr).

 Nouvelle proposition de loi. La commission des Lois de l’Assemblée
vient d’annoncer qu’au terme d’une réunion de travail avec le
président de la commission des Lois du Sénat, Jean-Jacques Hyest,
un "rapprochement" des positions était "envisagé". Le recours à ce
bracelet "devra s’inscrire dans le cadre du suivi socio-judiciaire
applicable aux délinquants sexuels après leur libération mais
également dans le cadre de la LC. La durée du placement serait "de
3 ans en matière correctionnelle et de 4 ans en matière criminelle,
renouvelable une fois à titre exceptionnel". En décembre, les députés
avaient décidé que la durée totale du placement sous surveillance
électronique ne devait pas excéder 20 ans pour un délit, et 30 ans
pour un crime. La commission des Lois de l’Assemblée "pourrait
examiner la nouvelle proposition de loi en deuxième lecture au mois
de juin". La nouvelle proposition pourrait être votée à l’automne.

Vous êtes donc invités à suivre de très prês l’évolution de ce texte.

Rappel : On a raison de se révolter.

 Le combat continue ... /...

 *** PARIS, RIVE GAUCHE, RIVE DROITE ***

 - 9. - PARIS. Mardi 19 avril 2005, 13h-16h. "Addictions"
Emmanuelle Retaillaud-Bajac (Université de Tours) : Usages de
drogues et corps en souffrance entre les deux guerres.
Didier Nourrisson (Université de Saint-Etienne) : Corps en souffrance,
l’alcool en question.

 Séminaire de recherche sur "Le Corps à l’épreuve", animé par
Pascale Goetschel et Christophe Granger (historiens) au Centre
d’histoire sociale du 20e siècle (Université Paris 1, CNRS).

 - Lieu : Centre histoire sociale du 20e siècle, 9 rue Malher PARIS
IVe, salle 309.

 * Contact : Pascale Goetschel / pascale.goetschel@wanadoo.fr
 Christophe Granger / granger.chris@libertysurf.fr

 - 10. - PARIS, Vendredi 13 mai 2005. 9h30- 13h "La contumace (défaut
criminel) en Europe". Organisé par l’Institut de criminologie de
Paris, Université Paris 2 avec le concours de la Cour de Cassation.

 - Lieu : Grande chambre de la Cour de Cassation, Palais de
Justice de Paris.

 * CONTACT : Caroline Toucher ctouchet@u-paris2.fr

 - 11. - PARIS. Vendredi 20 mai, 9h30 à 13h. SEMINAIRE de
recherche "Mesures pénales /privation de liberté (MP-PL) amimé par
par Antoinette Chauvenet, Pierre V Tournier et Gilles Chantraine.

 XXVIIIe séance - "Les visiteurs de prisons : de la charité à la
solidarité", avec Mme Liliane Chenain, doctorante en histoire,
Université Paris VIII, sous la direction de Mme Danièle Tartakowsky.
Séance animée par Mme Antoinette Chauvenet.

 - Lieu : Ministère de la Justice, Service pénitentiaire d’insertion
et de probation de Paris, 12-14, rue Fourier, Paris XIIIe (métro
Tolbiac), salle de réunion au 1er étage, à gauche en sortant de
l’ascenseur. A la grille de la rue, sonnez à "Accueil SPIP".

 ***

* A noter aussi : vendredi 17 juin 2005 - 9h30 - 17h. Journée
d’études sur « crime et culture (XIXe XXe), avec Jean-Michel
Bessette, Dominique Kalifa, Marc Renneville...

 * Contact : tournier@ext.jussieu.fr

 *** EN REGION ***

 - 12. - MARSEILLE. Samedi 30 avril, Dimanche 1er mai 2005.
"Le Barreau derrière les barreaux". XXIVe Colloque de Défense pénale
du Syndicat des Avocats de France (SAF)

Avec Bruno REBSTOC, avocat au Barreau d’Aix-en-Provence, président de la commission pénale, Annie KENSEY, socio-démographe, Virginie BIANCHI, ancien directeur d’établissement pénitentiaire, commission pénale du SAF, Gabriel MOUESCA, président de l’Observatoire International des Prisons, Martine HERZOG EVANS, maître de Conférence à l’Université de Nantes, Mickaël JANAS, juge d’application des peines à Draguignan, président de l’ANJAP, Jacques DEBRAY, avocat au Barreau de Lyon, Bernard RIPERT, avocat au Barreau de Grenoble, Catherine ROUSSEL,avocat au Barreau de Nantes, Dr François MOREL, Psychiatre, SMPR des Baumettes

 - Lieu Maison de l’Avocat 49 rue Grignan 13006 MARSEILLE

 * CONTACT : INSCRIPTION PRÉALABLE INDISPENSABLE. Clôture des inscriptions le Vendredi 22 avril 2005. SAF, 21 bis rue Victor Massé 75009 PARIS. Tél. 01 42 82 01 26 - Fax. 01 45 26 01 55

 - 13. - MARSEILLE. Mercredi 8 juin 2005. XIIIème Journée régionale
de psychiatrie en milieu pénitentiaire. "Sens de la peine et soins".

L’augmentation et l’aggravation de la morbidité psychiatrique de la
population pénale nous fait, au quotidien de la clinique, nous poser
la question du sens de la peine et de la place “institutionnelle ”
de la prison dans le champ social et sanitaire.Ces questions ont une
acuité particulière lorsqu’il s’agit de personnes incarcérées
atteintes de psychoses graves, de déficits ou détériorations
intellectuels mais également de pathologies somatiques gravement
invalidantes.Au delà, l’articulation de la peine et des soins,
singulièrement des soins psychiatriques, tant en milieu
pénitentiaire qu’en milieu libre, nous contraint à interroger des
logiques et des objectifs hétérogènes et souvent divergents. Il est
probable que l’éloge de la complexité sera au cœur des débats.

 9h45. Allocutions de bienvenue et Présentation de la Journée

 10h. "Sens de la peine et soins. Une mise en perspective
démographique et sociologique par Pierre V. TOURNIER, directeur de
recherches au CNRS.
Discutant : François MOREL - Psychiatre - Praticien Hospitalier -
Psychanalyste -SMPR de Marseille

 11h30. "Sens de la peine et soins. Le point de vue des
magistrats par Pierre LE MOUSSU, magistrat, chargé d’enseignement à
l’Ecole nationale de la magistrature, Bordeaux.
Discutant : Daniel GLEZER, psychiatre, praticien hospitalier,
SMPR de Marseille

 14h30. Table Ronde : "Sens de la peine et soins". Le point de
vue des professionnels de santé, à partir de leur expérience
clinique, avec Jean Marc HENRY, psychiatre, praticien hospitalier,
Hôpital de la Timone, Marseille, Philippe RAYMONDET, psychiatre,
praticien hospitalier, chef de service, Hôpital Chalucet, Toulon,
Jean Léon RIPERT, médecin généraliste, praticien hospitalier, UCSA
du Centre pénitentiaire des Baumettes, Marseille, Catherine Paulet,
psychiatre, praticien hospitalier, chef de service, SMPR/CSST
du Centre pénitentiaire des Baumettes, Marseille.
Modérateur : René PANDELON, psychiatre, praticien hospitalier, UMD
de Montfavet.
 16h30. Clôture de la journée.

 - Lieu : Espace Culturel Astronef CH Edouard Toulouse
118 Chemin de Mimet - 13015 MARSEILLE

 * CONTACT : Service Médico-Psychologique Régional des Baumettes
239 Chemin de Morgiou - 13404 MARSEILLE CEDEX 09
Tél : 04 91 40 88 63 et 04 91 40 88 66 - Fax : 04 91 40 57 12

 *** INTERACTIF ***

 - 14.- RECHERCHE. Le Groupement Étudiant National d’Enseignement
aux Personnes Incarcérées (GENEPI), est une association regroupant
1000 étudiants bénévoles autour de deux actions : des interventions
en milieu carcéral et des actions d’information et de sensibilisation
du public (www.genepi.fr). Nous recherchons actuellement des personnes
pour réaliser un travail de recherche sur les grands événements dans
le domaine prison - justice au cours des 30 dernières années, dans le
cadre de la parution d’un almanach retraçant les 30 ans de l’associa-
tion. Si vous êtes intéressé pour faire ce travail, contactez-nous :
GENEPI (Mlle MOUGEL Perrine - 12, rue Charles Fourier 75 013 PARIS -
Tél. 01 45 88 37 00 - 30ans@genepi.fr.

 *** MEMOIRE VIVE ***

 - 15. - COLLECTIF "OCTOBRE 2001"

* Réunions du groupe de coordination : mercredi 20 avril (10h) et
mardi 10 mai (15h).

* Réunion du Bureau national : jeudi 12 mai à 19h.

* Nouveau : www.collectif2001.org

 * CONTACT : contact@collectif2001.org

 *** DANS LA CITE ***

 - 16. - PARIS. 23 et 24 mai 2005. Les journées du Fonds Ricœur.
Journées d’étude sur le doute, "La fécondité du doute".

 I. Lundi 23 mai, 9h30-17h, "Généalogies du doute classique",
Pierre-François Moreau, modérateur.

9h30. Introduction par Pierre-François Moreau, ENS des Lettres et
Sciences humaines, Lyon.
10h. Lorenzo Corti, Scepticisme sans doute, Université de Genève/
Centre Léon Robin, Paris.
11h. Frédéric Brahami, Montaigne et l’Apologie de Raymond Sebond,
Université de Franche-Comté, UFR SLHS, section philosophie.

12h. Repas/Pause

14h. Nicola Stricker, Les incertitudes de l’athéisme et de la foi,
de Charron à Bayle, Fonds Paul Ricoeur / Faculté libre de Théologie
protestante de Paris.
15h. Sylvia Giocanti, Doute et action sceptique, Université de
Toulouse-II.
16h. Table ronde

 II. Mardi 24 mai, 9h30-17h30, "Vers un nouveau paradigme du doute",
Olivier Abel, modérateur

9h30. Introduction par Olivier Abel (Faculté libre de Théologie
protestante de Paris)
10h. Sandra Laugier, Cavell lecteur de Shakespeare et de
Wittgenstein, Université de Picardie Jules Verne.
11h. Sabina Loriga, Le doute de l’histoire, Ecole des Hautes Etudes
en Sciences Sociales, Paris.

12h. Repas/Pause

14h. James Whitman, Le doute juridique, Yale University.
15h. Didier Nordon, Mais pourquoi voulez-vous douter ? Mathématicien,
Université de Bordeaux 1.
16h. Pierre Bühler, A l’épreuve du doute - condition fondamentale du
travail théologique, Institut für Hermeneutik und
Religionsphilosophie, Université de Zürich)

17h. Débat de clôture

 - Lieu : Amphithéâtre de la Faculté libre de Théologie Protestante
de Paris, 83 boulevard, Arago, 75014 Paris. Métro : Denfert-Rochereau
ou Saint-Jacques.

 * CONTACT : Tél 01 43 31 61 64 ou secretariat@iptheologie.fr

 - 17. - PARIS. Jeudi 21 avril à 18h30. Liens d’Arts Plastique &
L’Estran dévernissent l’exposition “Livre d’artiste délivré(e)” de
Josiane Roméro. Au menu des festivités, le journal d’Egon Schiele
en prison lu par Jean de Coninck, le Trio Jazz / Groove Neb (Franck
Nelson, Juhan Ecaré, Philippe Blin) et vous !

- Lieu : L’Estran 10, rue Ambroise Thomas 75009 Paris - Métro :
Bonne Nouvelle ou Poissonnière.

 "Livre d’artiste délivré(e)” de Josiane Roméro. L’éloge de la
différence. Et si les mots des maux se “pansaient” en images pour
l’artiste plasticienne Josiane Roméro ? Réunir et lier auto-
biographiquement vingt années de création (gravures, photographies
aquarelles, sérigraphies) pour la jubilation de la vie...
Affirmer le droit à la différence, mieux en faire l’éloge jusqu’à
offrir une libération de patients psychiatriques en les plaçant dans
l’étrange contexte du monde extérieur à leur enfermement.
La folie, à ce titre, n’est-elle pas une métaphore de l’art lui-même
et de l’artiste ? “L’Herbier de Vie” est un recueil réalisé en
technique mixte ; certaines pages se sont échappées et sont ainsi
présentées recto-verso sous plexiglass. De grands formats en
sérigraphie rehaussés à l’aquarelle, tirés de ces mêmes pages,
sont aussi exposés “hors les murs” et sans cadre.
“L’Echappée Belle et la Belle Echappée” est un portfolio en deux
tomes, édition originale limitée à sept exemplaires réalisée en
photolithographie.

 Exposition jusqu’au 30 avril du lundi au vendredi de 14h à 18h
sur rendez-vous, samedi et dimanche au 06 68 41 34 01.