14224 articles - 12260 brèves

L’atelier des corps (octobre-novembre 2000)

Mise en ligne : 9 February 2005

Texte de l'article :

BOIS D’ARCY JUILLET 2000
ET VILLEPINTE OCTOBRE/NOVEMBRE 2000

Une action artistique sur le thème du corps mise en place par Pulsart dans les quartiers de mineurs des Maisons d’Arrêts d’Ile-de-France. La pratique plastique renvoie l’image de soi et permet de se rapprocher de l’autre Le corps n’est plus une simple représentation, une image ou celle que l’on désire donner mais la réalité. On appréhende son corps différemment et on apprend à le respecter et à respecter celui d’autrui. Que l’on soit auteur ou victime, le corps devient le théâtre des manifestations de la violence et pose la question de l’altérité, du rapport à soi mais aussi à l’Autre. La thématique du corps permet donc d’entreprendre une opération visant à enrichir le principe d’une éducation à l’altérité, indispensable au traitement des phénomènes de violence chez ces jeunes. Elle intéresse différentes disciplines (éducation, santé, insertion), et se renforce par la spécificité du public adolescent, des questions propres à la puberté. La création artistique, en plus de la rencontre avec le média et la matière, sert l’expression du ressenti de ces jeunes. Quatre intervenants de Pulsart encadrent un groupe de 10 mineurs de 15 à 17 ans. Ils travaillent en étroite collaboration avec l’ensemble de l’équipe dirigeante, éducative et les surveillants des Maisons d’arrêt. Mise en place d’un atelier de moulage, avec de l’alginate, des bandes de plâtre et du silicone. Les moulages collectifs rapprochent les détenus les uns des autres et suscitent des liens. L’atelier a travaillé sur cette notion d’altérité qui est au centre de la problématique des mineurs incarcérés. Un titre a été trouvé par les jeunes pour l’œuvre représentant des mains qui se touchent réalisée lors de l’atelier de Bois d’Arcy : « Un pour tous ». Les Bas Reliefs réalisés à Bois d’Arcy et les sculptures réalisées à Villepinte sont exposées définitivement dans les Maisons d’arrêt. Ces œuvres sont l’expression d’une identité individuelle et d’un groupe. Une exposition itinérante des photographies des œuvres a été réalisée et est disponible.