14544 articles - 12260 brèves

Derrière les croisières, la pénitentiaire

Mise en ligne : 2 February 2005

Texte de l'article :

Derrière les croisières, la pénitentiaire - Derrière les barreaux, la SODEXHO

La compagnie des bateaux parisiens, qui a le "plaisir" de vous faire découvrir Paris et ses beaux rivages, est une filiale de la multinationale SODEXHO. La SODEXHO est le leader mondial de la restauration collective. Cependant, celle-ci ne se contente pas de fournir des repas dans les écoles, les hôpitaux, les restaurants d’entreprise et les chèques restaurants. Les prisons sont devenues, pour la SIGES (une filiale de la SODEXHO), une source de profits partout dans le monde : Australie, Grande-Bretagne, Belgique, Mexique, Turquie, France...

Dans les pays où le capitalisme prône la création de prisons privées, la SODEXHO y investi dans les domaines de la conception, de la construction, du gardiennage, de la gestion, de l’intendance (repas, lingerie, nettoyage), des programmes de travail dignes de l’esclavagisme sous couvert de réinsertion, du suivi pénal, du suivi social, de la cantine (système de sur-taxation des produits de première nécessité), tout est bon pour que les prisons rapportent.

Comme le dit son PDG, Pierre Bellon : "J’ai travaillé dans l’hôtellerie mais avec les prisons, je suis sûr d’avoir un taux d’occupation de 100 %".

La SODEXHO ne nous fera pas croire qu’elle s’oppose aux processus de mise en place des idéologies sécuritaires et répressives destinées à réprimer et à criminaliser la pauvreté, les étrangers et les sans-papiers en Europe et les dites "classes dangereuses" partout dans le monde.

Nous manifestons aujourd’hui pour dénoncer la SODEXHO, qui fait du fric avec les prisons, et ses croisières, avec les bateaux parisiens, ont le goût de l’acier des barreaux.

ActUp-Paris, Commission prison CNT, Observatoire du droit des usagers, Ras les murs, Scalp-Reflex