14463 articles - 12260 brèves

Communiqué de prisoniers politiques basques, bretons et turcs : Abolition des lois anti-terroristes

Mise en ligne : 30 October 2002

Dernière modification : 28 December 2010

Texte de l'article :

NON A L’EXTRADITION D’OLANO !
NON A L’INTERDICTION DE BATASUNA !
ABOLITION DES LOIS ANTITERRORISTES !

Depuis le 08/10 et pour une semaine, Joëlle Aubron et Nathalie Ménigon, prisonnières communistes révolutionnaires, jeûnent et refusent les plateaux pour s’opposer à l’extradition vers l’Etat Espagnol de Juan Mari Olano, poursuivi pour avoir été porte-parole des comités de soutien aux prisonniers politiques Basques.
Depuis avril 2002 il croupit dans une prison française.
Cette éventuelle extradition par la France n’est pas moins acceptable que les remises habituelles de militants indépendantistes Basques aux forces fascistes espagnoles, elle marque toutefois un tournant politique.

- Au niveau européen : Elle s’inscrit dans un contexte de répression généralisée contre toute forme de dissidence ou de résistance. Renforcement de l’arsenal répressif, incarcérations arbitraires, multiplication des extraditions ou de " prêts " de militants politiques d’un état à l’autre, liste noire des organisations dites " terroristes "….

- Au niveau de l’état français : Cette éventuelle extradition intervient à un moment où de très nombreux militants politiques et syndicaux sont poursuivis par la justice pour leurs activités publiques. Dans les prisons même cette répression frappe les insoumis à l’ordre carcéral et capitaliste comme en témoignent les placements à l’isolement des camarades Yves Peirat, Georges Ibrahim Abdallah et André Olivier. Mais c’est la première fois que l’état français accepte une extradition pour délit de militantisme public. L’accepter sans rien dire ni faire c’est baisser les bras face à une vague de répression liberticide sans précédent. D’ailleurs de très nombreuses organisations de l’hexagone ont dit leur opposition à l’extradition d’Olano. Il faut que ce mouvement s’amplifie.

- Au niveau du Pays Basque : Cette livraison d’un militant public intervient juste après l’interdiction du parti indépendantiste BATASUNA, une mesure visant à museler le désir d’autodétermination du peuple Basque. Contre cela aussi la mobilisation doit croître et pas seulement au Pays Basque.

A compter du 16 octobre, nous prendrons le relais de Joëlle et Nathalie en refusant de nous alimenter pendant une semaine à tour de rôle, mettant ainsi en pratique l’appel à la convergence autour du cas Olano que nous avons pour certains signé avec d’autres camarades Corses, Basques, Bretons, Français,…
Depuis octobre 2000, les prisonniers politiques Turcs et Kurdes (et leurs proches) ont su, malgré la répression sauvage, organiser la résistance à l’isolement et aux lois antiterroristes…
Que leur détermination nous inspire !
Que fleurissent les initiatives contre l’extradition d’Olano et contre l’interdiction de BATASUNA !
Non à l’extradition d’Olano !
Non à l’interdiction de BATASUNA !
Abolition des lois antiterroristes !
ROBIDART Stéphane (prisonnier politique Basque)
GOGORZA OTAEGI Aitzol (prisonnier politique Basque)
BERNARD Gérard (prisonnier politique Breton)
ROBLIN Gaël (prisonnier politique Breton)
CAKIR Erdogan (prisonnier communiste Turc - DHKPC)