13814 articles - 12253 brèves

5 Préparer la sortie ; suivi médical et prise en charge après une incarcération

Mise en ligne : 6 mars 2007

Texte de l'article :

5 Préparer la sortie ; suivi médical et prise en charge après une incarcération

5.1. L’aménagement de peine pour raison médicale

Pour les prisonnier(e)s malades et/ou âgés, la Circulaire DHOS/DGS/DAP n° 2003-440 du 24 juillet 2003 relative au rôle des médecins intervenant auprès des personnes détenues dans le cadre de la procédure de suspension de peine pour raison médicale, dans son article 1, rappelle que " La mesure de suspension de peine pour raison médicale s’applique sans conditions par rapport à la nature ou à la durée de la peine. Mais l’exécution de la peine n’est que suspendue et celle-ci reprend son cours s’il est mis fin à cette mesure soit parce que ses conditions ne sont plus remplies, soit parce que les obligations fixées par la décision ne sont pas respectées.
Les personnes détenues nécessitant un traitement médical peuvent bénéficier d’autres mesures d’aménagement de peine : libération conditionnelle, semi-liberté, placement extérieur, placement sous surveillance électronique. Le choix du type d’aménagement sollicité par la personne condamnée doit être fait en concertation avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation et, éventuellement, son avocat. Il n’est pas du ressort du médecin de préciser le type d’aménagement de peine à demander. En tout état de cause, la décision appartient à l’autorité judiciaire.
Les dispositions de l’article 720-1-1 du code de procédure pénale ne s’appliquent pas aux personnes en détention provisoire. Cependant, celles-ci peuvent solliciter auprès de la juridiction compétente une demande de mise en liberté. Le rôle du médecin traitant est alors le même que dans les cas précisés ci-dessous."

Les services pénitentiaires d’insertion et de probation accompagnent les prisonniers dont l’état de santé est incompatible avec la détention dans leur démarche d’un d’aménagement de peine pour raison médicale. Il faut remplir une requête en aménagement de peine auprès du Tribunal de Grande Instance dont dépend le lieu d’incarcération (requête type jointe)

En dehors des aménagements de peine, une loi importante a été votée le 4 mars 2002, relative aux droits des malades : Loi n°2002-303  http://www.prison.eu.org/article.php3?id_article=3682

L’article 10 de cette loi dispose qu’« une suspension de peine peut être ordonnée, quelle que soit la nature de la peine ou la durée de la peine restant à subir, et pour une durée qui n’a pas à être déterminée, pour les condamnés dont il est établi (après deux expertises médicales distinctes mais concordantes : soit par le juge d’application des peines, pour les condamné(e)s à une peine inférieure ou égale à dix ans ou dont le reliquat est inférieur ou égal à 3 ans ; soit par la juridiction régionale de la libération conditionnelle) qu’ils sont atteints d’une pathologie engageant le pronostic vital ou que leur état de santé est durablement incompatible avec le maintien en détention... ».

Cette loi est une avancée dans le respect de la vie et pour la dignité devant la mort que la société doit à chacun, elle doit être appliquée partout : les personnes incarcérées concernées peuvent en premier lieu apprécier l’opportunité de l’application de cette procédure avec l’un des médecins de l’Unités de Consultations des Soins Ambulatoires (UCSA) ou du Services Médico-Psychologiques Régionaux (SMPR) qui travaillent au centre médical de l’Établissement, puis solliciter le Juge d’Application des Peines, avec l’aide ou non d’un avocat (l’Aide Juridictionnelle permet la gratuité de l’avocat), ou de sa famille, ou d’un Conseiller d’Insertion et de Probation (CIP).

Obligation de la personne condamnée  :
Placée sous la surveillance du juge de l’application des peines (JAP), la personne condamnée dont la peine est suspendue est soumis à certaines obligations parmi lesquelles : être hospitalisée ou résidée dans un lieu déterminé par la juridiction qui a accordé la suspension de peine, se soumettre à toute expertise médicale ordonnée par le JAP, rester en relation avec le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), s’abstenir d’entrer en contact avec les victimes de l’infraction pour laquelle elle a été condamnée.

Pour une personne qui a le VIH, la phase SIDA est la période terminale. Une personne va bien et dans les jours qui suivent, à cause d’une infection opportuniste, sa vie peut ne plus durer que quelques jours. Cette personne doit bénéficier d’une prise en charge médicale dans les conditions les plus humaines possibles.
L’appréciation de la phase terminale est "délicate". La suspension de peine pour raison médicale ne doit pas être prononcée in extremis, dans les derniers jours de la vie d’une personne, mais en amont ; sinon cette loi serait vidée de son sens.

5.2. La sortie de prison

Lors de la sortie de prison, que cela soit suite à un aménagement de peine ou en fin de peine, il y a un certain nombre de démarches administratives à faire dès la sortie de prison : inscription à la sécurité sociale, au Revenu Minimum d’Insertion (RMI), à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), aux ASSEDIC, pour une allocation d’insertion aux prisonnier(e)s...
Il existe de nombreuses associations pouvant apporter une aide d’urgence (logement, alimentaire, etc...).

Dans de nombreuses démarches les documents à fournir son les suivants :
- Carte nationale d’identité ou certificat de perte établit par un commissariat de Police
- Photocopie du titre de séjour
- Quittance de loyer ou certificat de domiciliation
- Inscription aux ASSEDIC
- Attestation justifiant vos ressources des 3 derniers mois
- "billet de sortie" pour les sortants de prison
- Photos d’identité

Conformément à la Circulaire NOR JUSE0140057C du 20 juillet 2001 sur la lutte contre l’indigence qui précise l’importance de mbiliser les aides pour préparer la sortie de prison :
« [...] Les mesures de préparation à la sortie permettent de mobiliser l’accès aux dispositifs de droit commun et d’accompagner les personnes détenues dans leur démarche d’insertion.
Il convient, pour les personnes dont la situation à la sortie de prison est précaire, de renforcer les relais de prise en charge à travers le partenariat avec le monde associatif car l’indigence est un facteur aggravant des difficultés rencontrées par toute personne sortant de prison...

L’aide administrative en vue de la sortie
1° Les dossiers doivent être instruits en amont de la sortie par une mobilisation des organismes instructeurs (CAF, DDASS).
2° Des conventions doivent être systématiquement mises en place avec les CAF et les DDASS pour permettre aux personnes libérées de percevoir le RMI dès la sortie. Pour cela, il est nécessaire d’initier les demandes avant la sortie.
3° Un guide d’adresses des associations caritatives, des organismes pouvant assurer un logement provisoire, des agences ANPE et missions locales, du SPIP, de points ressource santé... doit être distribué.

Les aides matérielles réglementaires
L’aide matérielle est attribuée en fonction de l’examen des situations individuelles par la commission d’indigence. Elle concerne :
1° La fourniture de vêtements aux sortants qui n’ont pas de ressources suffisantes pour s’en procurer ;
2° La participation à l’acquisition d’un titre de transport si la personne libérée n’a pas sur son compte nominatif une somme suffisante pour rejoindre son lieu de résidence ;
3° La remise systématique d’une aide matérielle ("kit sortant" comprenant a minima un ou des titres de transport, une carte téléphonique et des chèques multi-services) pour les personnes libérées dont les ressources sont insuffisantes pour faire face aux besoins immédiats de la vie quotidienne.
Pour les cas de sortie imprévue, il est nécessaire de prévoir des trousses de secours, en concertation avec le greffe, la comptabilité et le service pénitentiaire d’insertion et de probation afin de les remettre aux personnes qui en ont besoin. »

Fiche à transmettre à la personne sortant de prison

Ouvrir un compte bancaire
Le plus simple est d’ouvrir un compte sur un livret A de la Banque postale auprès du bureau de poste le plus proche de votre lieu d’hébergement, avec un justificatif de domicile de moins de 3 mois et un justificatif d’identité. Demandez des RIP (Relevé d’Identité Postale) qui sont très utiles.

Obtenir un revenu minimum
Le revenu minimum légal est d’environ 350 euros. Le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) complète vos ressources mensuelles pour que vous bénéficiiez de ce minimum légal.
* Pour avoir droit au RMI, il faut avoir + de 25 ans ou - de 25 ans et un enfant à charge.
* Même si vous ne percevez plus le RMI à cause des revenus jugés trop importants, vous gardez le statut RMI et les avantages qui peuvent en découler.
* Le RMIste touche une allocation logement plus élevée que les autres. D’autre part, le statut RMI donne priorité pour de nombreux stages (financement par l’Etat).

Régulariser sa situation administrative
- rencontrer une assistante sociale
Il faut alors se présenter à la Mairie où l’assistante sociale regardera la situation globale de la personne.
- refaire ses papiers officiels
Pour refaire, le cas échéant, la carte d’identité et le permis de conduire, il faut aller à la préfecture de son lieu d’hébergement. Il y a de plus en plus de contrôles et ces documents sont indispensables pour les démarches administratives.
- prendre rendez-vous au centre des impôts
Si la personne n’a pas fait de déclarations de revenus pendant son incarcération, il faut allez rencontrer l’inspecteur des impôts. Avec quelques papiers à remplir, muni de son certificat de présence du lieu de détention, ils pourront fournir un document officiel attestant de votre non-imposition pour les dernières années. Ce document est très utile.

Régulariser sa situation sur les questions de Santé
- à la sécurité sociale
Avec le certificat de présence remis par la prison (billet de sortie) et, si possible le numéro de sécurité sociale (ancienne carte d’immatriculation, carte vitale) ainsi qu’un RIP/RIB, prendre rendez vous à la CPAM de votre lieu d’hébergement pour ouvrir les droits à la sécurité sociale (ils sont de un an avec une couverture au taux normal) et bénéficier de l’adhésion au régime de l’Assurance Personnelle Remboursement des frais médicaux et hospitaliers.
- à une mutuelle
Si vos moyens le permettent, adhérez à une mutuelle tiers-payant pour avoir une couverture optimale.
- à des systèmes de santé parallèles

Il existe la carte Paris Santé Etat, l’Aide Médicale Etat, l’Aide Médicale Hospitalière et la Couverture Maladie Universelle. Pour obtenir une de ces cartes, il faut être en dessous d’un certain niveau de ressources, avoir un justificatif de domicile et une pièce d’identité ou titre de séjour, puis se renseigner auprès de la CPAM pour la CMU N°vert : 0 800 555 222, du Centre communal d’Action Sociale (CCAS), ou, à Paris, auprès du Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP).
Pour les étrangers qui ne remplissent pas les conditions de régularité de séjour, ou avec moins de trois mois de résidence stable, l’Aide Médicale Etat donne accès (au minimum) aux soins dispensés à l’hôpital.
Pour tous les documents officiels, il faut faire des photos d’identité agrées. Pour les autres documents, il est possible de faire des photocopies de planches de photos.

Obtenir un logement
Trouver un logement est très difficile car ils sont peu nombreux, et souvent chers. Des garanties financières sont à apporter : Une caution généralement de 2 mois de loyer, le 1er loyer et les frais d’agence le cas échéant.
- obtenir des aides au logement
* Le FSL (Fond solidarité Logement) a été crée pour aider les personnes en difficulté, marginalisées à accéder au logement. Le FSL, s’il est octroyé, permet de payer la caution du logement, parfois d’acheter quelques meubles ou de faire des aménagements. L’adhésion à ce système implique l’acceptation d’un suivi pour évaluer l’insertion sociale du demandeur (se renseigner auprès des services de la mairie).
N.B : Il ne faut jamais dire à l’agence qu’un dossier FSL est en cours, ça les fait fuir !
* il existe des associations relais qui louent des appartements pour permettre à l’accession à la location. Cela facilite les choses quand on n’a pas de fiches de paie ou qu’on est RMIste.
* Pour les - de 30 ans, il existe le LOCAPASS, du 1% logement qui s’adresse à tous sauf aux étudiants. La caution est avancée par le 1% (et remboursable par mensualités) et le 1% se porte caution pendant au moins un an des loyers de la personne. Ce système est très souple, accord très rapide (dans la semaine) et bien vécu par les bailleurs.
* Il faut s’adresser aux missions locales et PAIO (pour les - de 25 ans) et aux PLIE (pour les + de 25 ans) pour obtenir les imprimés. Elles peuvent monter des dossiers pour financer divers projets (études, achat de matériels pour travailler, caution pour un appartement) pour 915 euros maximum par an (ex : FAJ pour les - de 25 ans).
* Montez votre dossier d’allocation logement (AL ou APL) dès que vous avez votre logement. Il faudra joindre entre autres, la 1ère quittance de loyer et une photocopie du bail. Si vous avez déjà reçu une allocation logement par le passé, il faut se munir de votre numéro d’allocataire. Le fait d’être non imposable (généralement) depuis plusieurs années donne droit à l’allocation logement. La caisse d’allocations familiales (CAF) peut vous soutenir, allez voir une assistance sociale dans les locaux.
- contracter une assurance habitation et responsabilité civile.

Trouver un emploi
- s’inscrire aux ASSEDIC
Il faut s’inscrire le plus tôt possible pour obtenir la carte de demandeur d’emploi (indispensable pour toute personne ne travaillant pas). L’ANPE recevra le demandeur en tant que nouvel inscrit dans le mois qui suit. Ensuite, il recevra en fin de chaque mois la carte d’Actualisation. Il faut la renvoyer avant le dernier jour du mois, et gardez toujours les talons de changement de situation.
Pour s’inscrire comme demandeur d’emploi, il est conseillé de téléphoner, en métropole, au 0 811 01 01 [—] suivi des deux chiffres du département (ex. 75 : Paris, 69 : Lyon ... etc.), prix d’un appel local, afin d’obtenir un dossier d’inscription. Pour plus de précisions, voir le site www.Assedic.fr /Unidialog.
Les conditions légales d’attribution : Avoir été incarcéré, il y a moins de 12 mois à compter de la libération et ne pas avoir été condamné à une peine de réclusion criminelle pour proxénétisme, enlèvement de mineur, détournement d’avion, trafic de stupéfiant.

Il existe plusieurs cas possibles :
1/ La personne n’a jamais travaillé ni dehors ni en prison : elle a le droit à l’allocation d’insertion (environ 183 à 228 euros/mois) durant 6 mois.
2/ La personne a travaillé à l’extérieur mais pas en prison : elle doit allez directement avec son dossier et toutes ses fiches de paie et son certificat de présence aux Assedic. Si elle a moins de 3 à 4 ans d’incarcération, elle bénéficie de ses droits aux allocations chômage comme si elle avait perdu son emploi la veille.
3/ La personne a travaillé : elle doit surtout conserver les fiches de paie du C.D car elles sont valables auprès de tout organisme. Même si les sommes gagnées en détention peuvent paraître dérisoires, ces périodes de travail peuvent effacer le délai de carence ou /et allonger la durée des droits aux Assedic. Il faut donc toujours gardez ses fiches de paie.

- chercher activement un emploi
Hormis l’ANPE et les agences intérims, inscrivez vous dans les associations intermédiaires, "boites d’intérim" à but lucratif très efficaces.

{mini}