14123 articles - 12260 brèves

M.C. Poissy

A propos de mon projet professionnel

Mise en ligne : 8 June 2003

Dernière modification : 3 November 2004

Texte de l'article :

Maison centrale de Poissy
A l’attention de M. Voituron
Directeur

Poissy le 7 avril 2003

Monsieur,

En l’absence de réponse écrite de votre part ou de vos adjoints malgré mes multiples courriers, d’audience ou de rencontre à ce propos depuis octobre 2002, je reviens vers vous par un courrier recommandé AR au sujet de mon projet professionnel visant à me permettre de travailler pour une société extérieure en informatique.

Pour mémoire, après l’obtention de DUT informatique ici même en 1999, j’ai décliné tout « classement » en atelier et pris l’initiative, dès janvier 2000, de proposer mes services de programmeur à un demi millier d’entreprises régionales. Prospection principalement téléphonique qui a demandé un an et demi en raison des restrictions d’accès aux cabines ( deux appels de 15mn par semaine)

En juin 2001, une SSII accepte de me confier du développement logiciel rémunéré à la commande. Pour de multiples raisons, notamment d’horaires, de coût initial et de disponibilité des locaux, il apparaît que la seule solution réaliste est de me permettre de travailler en cellule sous le régime du bon de commande de travail par main d’œuvre pénitentiaire. Dont acte. Je démarre alors avec mon ordinateur personnel en cellule.

Rapidement, mon employeur et moi-même constatons la nécessité de me doter d’un minimum de matériel indispensable :
- un deuxième ordinateur
- une connexion réseau locale entre ces deux ordinateurs.
De même, nous manquons de moyens de communication performants : mes appels téléphoniques ( 4X/ semaine) et l’envoi postal de CD-Rom de données préparés avec mon graveur ne permettent absolument pas d’être compétitif dans un secteur d’activité utilisant à volonté téléphone, fax, email et internet. Hélas, nos demandes en ce sens demeurent lettre morte. Conséquence : le travail n’avance pas, les échéances sont dépassées, des contrats de vente sont perdus. A ce jour, les travaux sont quasiment gelés et il est à craindre qu’ils ne soient suivis d’aucune autre commande.

Concernant les cartes réseaux « Ethernet », dont l’interdiction nous échappe encore, vous trouvez ci-joint une attestation technique établie par un scientifique institutionnel dont l’expertise ne saurait être mise en doute, qui assure de leur inocuité.

Lesquelles cartes ne sont au demeurant pas interdites par la circulaire JUS E 9740042 C du 21 avril 1997 relative au matériel informatique autorisé aux détenus. Sachez en outre que, bientôt, tous les ordinateurs seront équipés d’une carte réseau intégrée, inamovible. En 2001, le centre de détention de Caen autorisait les cartes réseaux et deux ordinateurs en cellule à certains détenus exerçant la même activité que moi.

Une autre attestation, de même auteur, justifie de la nécessité de pouvoir effectuer régulièrement une sauvegarde de sécurité des données du disque dur, dont la conservation au titre de la propriété intellectuelle est un droit légitime. La solution la meilleur et la plus répandue est le graveur de CD-Rom. Matériel dont vous autorisez l’usage personnel ici depuis 1999.

Au vu de quoi je vous prie une dernière fois de bien vouloir considérer mes doléances, à savoir me permettre de disposer officiellement dans ma cellule :
- d’un second ordinateur ;
- de cartes réseaux « Ethernet » pour connecter deux ordinateurs ;
- d’un graveur de CD-Rom et des consommables vierges appropriés pour permettre de sauvegarder mon travail et mes données personnelles ( courriers, cours, etc)

je vous prie également de m’indiquer si vous seriez disposé à autoriser :
- l’échange occasionnel de télécopies avec mon employeur ;
- l’échange occasionnel de données par email, par l’intermédiaire de l’administration, après contrôle d’usage, pour l’acheminement rapide des travaux urgents ;
- des facilités d’accès au téléphone, en fréquence comme en durée d’appel ;

En cas de refus de tout ou partie de mes requêtes, je vous prie de bien vouloir m’en indiquer les raisons.

Ma situation financière étant difficile depuis fin 1999, je ne subsiste que grâce à ma famille alors que je suis à même de produire un travail lucratif. Aucune société ne s’encombrera d’un employé improductif, injoignable, dépourvu du matériel minimum, avec lequel les échanges demandent une énergie et un temps précieux.

En l’absence de toute évolution concrète, alors que je suis sur le point de conclure une licence en informatique cette année, il me faudra renoncer à tout espoir de subsister grâce aux formations diplômantes que j’aurai suivies ici dans ce but. Frappé par la nécessité de conserver un minimum de dignité, je pourrai être amené à faire appel à la charité publique par voie d’annonces, notamment sur l’internet.

Dans l’espoir d’une réponse, je vous prie de croire, Monsieur, en l’assurance de ma parfaite considération.

Gilles

P.J : attestation techniques relatives aux cartes réseau « Ethernet » et au graveur de Cd-Rom, délivrées par M.Bernard LANG , De l’INRIA.
Copie à : M. le directeur régional des services pénitentiaires de Paris.
Copie à : M. le directeur de l’administration pénitentiaire.
Copie à : M. l’ambassade de Suisse à Paris.

Parcours professionnel de Gilles