14219 articles - 12260 brèves

Accueil des familles

Mise en ligne : 19 December 2003

Dernière modification : 28 October 2004

Texte de l'article :

L’association Accueil Magenta œuvre pour aider les familles et amis des détenus à la maison d’arrêt de Dijon.

Ses locaux se situent dans la cour de la prison, rue d’Auxonne.

Elle intervient les jours de parloir : lundis, mercredis et samedis

Le Secours catholique, la communauté d’Emmaüs, le CRI et la SDAT sont membres fondateurs de l’association Accueil Magenta qui fait partie de la fédération régionale des associations de maisons d’accueil de familles et amis de détenus (FRAMAFAD).
Pour tout renseignement, tél. 03.80.36.47.38, les jours de parloir, de 7 h 30 à 11 h 30 et de 13 h 30 à 16 h 30

Accueil Magenta : La couleur des espoirs

Maurice Isidore a rappelé le caractère totalement neutre de l’association 
 
A Dijon, l’association Accueil Magenta agit en complémentarité avec l’administration pénitentiaire pour accueillir et informer les familles de détenus lors de leurs visites au parloir.

Depuis 1988, l’association Accueil Magenta œuvre pour aider les familles et amis des détenus à la maison d’arrêt de Dijon. Installés à l’origine rue Magenta, ses locaux se situent aujourd’hui dans la cour de la prison, rue d’Auxonne.
« Elle intervient les jours de parloir, c’est-à-dire les lundis, mercredis et samedis », a précisé le président Maurice Isidore au cours de l’assemblée générale qui s’est tenue mercredi soir. En un an, le local où se relaient les équipes de bénévoles a vu passer 12 000 personnes. « A cela il faut ajouter tous les contacts pris à la véranda, l’endroit où les visiteurs laissent leurs affaires avant d’entrer et prennent rendez-vous. Sans oublier les espaces verts tout autour.

Une nécessaire neutralité
En tout, environ 85 % des personnes venant au parloir ont affaire à Accueil Magenta. » Longtemps considérée d’un œil soupçonneux, l’association est aujourd’hui satisfaite de voir évoluer positivement ses rapports avec le public, les administrations et le monde carcéral. Une convention a même été signée en juillet avec la maison d’arrêt et le SPIP pour définir des modalités de collaboration.
Mais en premier lieu, M. Isidore insiste sur la neutralité absolue d’Accueil Magenta, « sans préférence politique ni confessionnelle. C’est extrêmement important car de plus en plus, nous accueillons des personnes venant d’univers très différents. » Pour autant, les problèmes de chacun sont souvent les mêmes : Angoisse devant un monde inconnu, difficultés à supporter le regard des autres, soucis financiers.
D’où l’importance pour les bénévoles de créer des liens, d’inciter à la parole et non de gérer « une salle d’attente » pour les visiteurs.
D’où l’importance aussi de faire connaître leur action au plus grand nombre, afin de faire évoluer les mentalités.
« Pour l’instant, la prison reste la peine de référence. Tant qu’on n’y est pas confronté. »
Roselyne CHAPEAU