14239 articles - 12260 brèves

3 Méthodes et matériels

Mise en ligne : 28 December 2003

Texte de l'article :

Afin de mesurer le niveau de stress et d’anxiété des prisonniers, nous utiliserons un questionnaire déjà existant : La Barbelaine.
C’est un questionnaire utilisé dans le cadre d’une collaboration avec la Caisse Primaire d’Assurance Maladie. L’utilisation de ce questionnaire dans ce cadre, est intéressant puisqu’il permet d’établir rapidement un profil du sujet et d’établir des commentaires et d’émettre des hypothèses sur d’éventuelles activités physiques.

 L’objectif du questionnaire est de cerner le stress et l’anxiété par une investigation sur différents paramètres clés de la personnalité de tout individu, afin d’établir un profil du potentiel psychologique, sous la forme d’une échelle courte et fidèle.
Ce questionnaire est composé de 50 affirmations où le sujet doit répondre soit par Vrai ou Faux. Ces questions correspondent le plus souvent à des évènements de la vie quotidienne. Le questionnaire propose de façon aléatoire 10 questions sur chacun des 5 groupes d’items suivants : Calme, Bien-être, confiance, compétence, et stabilité. Chacun cherchant sensiblement à évaluer la même notion mais dans des situations différentes. Dans un souci de rigueur méthodologique et pour éviter les redondances, les 10 questions de chaque items ont été mélangées aux questions des autres items. Les différents items sont ensuite regroupés sous un indice général donnant l’état d’esprit dans lequel le sujet se trouve à un moment donné.

Le codage des réponses est fait sur la base de point entre 0 et 1.
Pour l’item calme :
0 ? réponse négative : anxiété.
1 ? réponse positive : faible anxiété.
Pour les autres items :
0 ? réponse positive : bien-être, stable, compétent…
1 ? réponse négative.

 Les profils obtenus sont enregistrés sous la forme de tableau, avec pour chaque item des indices  [1] « faible », « passable », « normal », « bon » et « super ». De plus, ils s’accompagnent de commentaires, qui seront ici adaptés à la population carcérale.

 Dans le cadre ce mémoire, nous avons adapté les questions au milieu carcéral afin qu’elles soient compréhensible aux jeunes prisonniers que nous allons interroger.
 
 Donc cette étude a été effectuée dans le cadre de la maison d’arrêt de Bordeaux Gradignan auprès de 28 jeunes volontaires du Centre Jeunes Détenus (CJD). C’est un lieu de passage et l’impossibilité de maîtriser les flux ne permet pas d’organiser une étude sur une population déterminée. Nous avons donc juste définis le nombre de jeunes parlant et comprenant le français. Le CJD a été instauré en 1969 et reçoit des jeunes hommes entre 18 et 21 ans. Il compte 98 places pour une population de 130 jeunes en moyenne. Il est composé de 4 pavillons. Le pavillon 1 regroupe les détenus travailleurs ; le 2, les détenus de plus de 21 ans ; le 3, ceux qui ont entre 18 et 21 ans et le 4, les mineurs, pour le moment il est vide pour cause de travaux. La particularité de ce centre aujourd’hui réside dans le fait d’une augmentation de l’âge. En effet, on retrouve des personnes de plus de 21 ans. L’explication donnée est le transfert de certains détenus de la « grande » (quartier adulte) par manque de place ou de discipline.

Le manque de temps ne nous permet pas de faire passer un pré-test. Mais nous travaillons à plusieurs sur la question du stress chez diverses populations, mais sur des axes différents. En effet, mon collègue, travaillant sur une population de jeunes en difficulté, s’est plus intéressé à la question de la validation du questionnaire, et en proposera un autre, alors qu’ici, on essaie de montrer si les activités physiques (entre autre) ont un effet sur la réduction du stress et de l’anxiété.

La passation du questionnaire se fera individuellement. Le recueil des données se fera sur un support papier. Chaque questionnaire sera anonyme. Parallèlement à ce questionnaire, nous mettons en place un entretien individuel construit autour d’un questionnaire concernant leur vie personnelle afin de mettre en évidence entre leur vie et l’existence d’un éventuel stress.

Nous aborderons les thèmes suivants :
· Etat Civil : Age et quartier de détention.
· Délit : Genre, durée d’incarcération, récidive.
· Situation environnementale : Etude, Emploi.
· Leur santé vécu : Bonne ou pas, maladie.
· Activités Sportives, culturelles, formation.
· Prise de toxiques.
· Projet à la sortie.
· Réflexion.
 
Ces entretiens sont constitués de questions ouvertes et fermées, et nous nous intéresserons aussi à la gestualité du détenu, à son attitude, sa façon d’être. Tous ces points nous permettrons également de mettre en évidence une certaine anxiété.

Les profils et leur commentaire seront remis aux détenus qui auront émis le souhait de le connaître. Les commentaires correspondant à chaque item et à son niveau seront retravaillés afin d’être compris par les détenus.

Le traitement des réponses se fera sous le logiciel « SPSS » spécialement conçu pour dépouiller les questionnaires et permettre un meilleur traitement des résultats. Nous pourrons ainsi mettre en relation différentes réponses, afin de confirmer ou infirmer notre hypothèse de départ.

Notes:

[1] Cf. exemple dans annexe III