14463 articles - 12260 brèves

"Le métier de psychologue en milieu carcéral" de Chloé Paloux, Enora Payen, Alice Perreal, Elodie Payroux

3 Conclusion

Mise en ligne : 13 January 2005

Texte de l'article :

Conclusion

Le psychologue en milieu carcéral requiert des aptitudes caractéristiques à son domaine. Le cursus à suivre est un DESS (le niveau master 2) de préférence de psychologie clinique ainsi qu’une formation personnelle dans les domaines de l’addiction, de la prise en charge des conduites suicidaires, criminologie, prévention et prise en charge VIH-SIDA... Ces formations sont généralement disponibles sous forme de Diplômes Universitaires ; par exemple DIU pour l’étude et la prise en charge des conduites suicidaires, DESU toxicomanie...

Les recherches qu’on a effectuées nous ont permis de nous rendre compte à quel point le travail du psychologue en milieu carcéral est très éprouvant et prenant. Certes, nous savions que les conditions de vie en prison étaient très difficiles mais nous n’avions pas imaginé une telle promiscuité entre les détenus (9m² pour deux parfois même trois contre les 11m² par personne prévus par la législation). De plus, la moitié des prisonniers entre dans le milieu pénitentiaire avec des problèmes psychologiques ; mais le suivi médical dépend du détenu tant que celui-ci est en prison. Le milieu carcéral a un effet sur le comportement que les détenus peuvent avoir après leur incarcération. Mr B..., membre de l’association Ban Public explique : « la prison est un lieu de « non-droit » ; y entrent très souvent de petits délinquants ou des accidentés de la vie mais ce sont ensuite des « loups » qui en sortent... »

Nous voyons donc que l’évolution de la psychiatrie en milieu carcéral en est seulement à ses prémices. Nous espérons que les détenus seront pris en charge psychologiquement de façon systématique dès leur incarcération et que les psychologues seront de plus en plus sollicités pour travailler au sein de l’administration pénitentiaire.

Remerciements

Nous remercions le SMPR de la maison d’arrêt de Dijon d’avoir répondu à nos questions et Dominique Bataillon qui a pris beaucoup de son temps pour répondre à nos interrogations et nous soumettre son point de vue sur l’administration pénitentiaire.