14223 articles - 12260 brèves

(2007) l’OIP dénonce la mauvaise prise en charge d’un détenu malade

Mise en ligne : 31 March 2007

Texte de l'article :

Liancourt : l’OIP dénonce la mauvaise prise en charge d’un détenu malade

L’Observatoire international des prisons a relevé le cas d’un détenu âgé et malade dont les conditions de détention à la prison de Liancourt ont conduit à sa "grabatisation". Il a bénéficié le 19 mars d’une suspension de peine pour raison médicale.

L’Observatoire international des prisons (OIP) a dénoncé mercredi 28 mars la mauvaise prise en charge par la prison de Liancourt (Oise) d’un détenu âgé et malade qui a conduit à sa "grabatisation". La commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a récemment pointé du doigt la maison d’arrêt de Liancourt au sujet de cinq cas de placements au mitard abusifs, brimades ou violences contre des détenus. Deux surveillants ont été condamnés et la direction a été "déplacée d’office".

L’OIP révèle mercredi le cas d’un détenu âgé de 83 ans, hémiplégique à la suite d’un accident vasculaire cérébral. Condamné le 13 juin 2005 à une peine de 7 ans d’emprisonnement, P. est incarcéré à la maison d’arrêt de Perpignan (Pyrénées-Orientales) puis au centre de détention de Liancourt (Oise). "L’homme ne se déplace qu’en fauteuil roulant et a besoin de l’aide d’une tierce personne dans les gestes de la vie quotidienne. Il souffre également d’insuffisances rénale et cardiaque, d’un cancer de la prostate et d’incontinence urinaire", explique le communiqué de l’Observatoire.

"Fâcheuse prise en charge"

En décembre 2006, son état de santé empirant, il est transféré vers l’hôpital pénitentiaire de Fresnes (Val-de-Marne) où lui est accordée le 19 mars dernier une suspension de peine pour raison médicale. L’OIP cite le bilan médical complet réalisé à Fresnes selon lequel l’homme "a été ’négligé en détention, ce qui a eu pour conséquence une grabatisation’". L’expertise médicale réalisée le 24 février 2007 constate que "selon les praticiens de l’hôpital des prisons de Fresnes, les affections dont souffre M. P. ne sont pas directement en rapport avec l’effondrement de son état général qui a motivé son transfert. Ils concluent que c’est la fâcheuse prise en charge à Liancourt qui a généré la dégradation de l’état du détenu". Selon l’expert, explique l’Observatoire, "depuis son transfert à Fresnes, sa prise en charge a permis ’l’amélioration de la fonction rénale par la réhydratation’, ’ la reprise de la mobilisation’ ainsi que ’l’amélioration de la fonction cardio-vasculaire’".

Source : Nouvel Obs