14223 articles - 12260 brèves

(2006) Blog 08 « Le règne animal ... »

Mise en ligne : 11 May 2006

Dernière modification : 11 July 2006

Texte de l'article :

 « Le règne animal ... »

 En zappant je suis de tomber sur une émission s’appelant « 30 millions d’amis » et c’est le genre de programme que j’exècre et qui m’est insupportable, car on y fait l’apologie de l’adoration animalière qui frise souvent le ridicule et le pathétique. Je déteste cette espèce d’affection sans borne que l’on voue aux animaux de compagnie, sorte de nouveau culte contemporain où l’on personnifie l’animal au point qu’il s’incarne en un individu à part entière parmi les humains. C’est ainsi que beaucoup de « maîtres » finissent par accorder à leurs animaux une importance, un attachement et des sentiments parfois disproportionnés. Nous vivons dans une société ou les chiens les chats ont pris le pouvoir, on leur a octroyé un statut sociale comparable, voir supérieur, à certaine catégorie de personnes vivant dans la précarité et c’est ce qui me révolte le plus, cela me rappelle le fameux « sketch » de Raymond Devos où petit à petit le chien prenait le rôle du maître...

En face de ma fenêtre à barreaux, je peux voir chaque soir quelques personnes sortir leurs « toutous » pour leurs besoins et sachant qu’il y a des millions de ces petites bêtes poilus, je ne peux m’empêcher de penser qu’ils sont tous, au fond, prisonniers de ce rite quotidien et esclaves de leurs canidés.
Je me suis toujours demandé d’où venait ce besoin et cette vénération pour les animaux de compagnie dans notre société urbaine, je trouve cela insensé alors qu’il y a tant de souffrances humaines qui dégueulent de nos villes. Les femmes élégantes y promènent sans complexe leurs « chiwawas » bien nourris, sans même avoir un regard de compassion pour le SDF qui crève à même le sol, tel est devenu notre époque.
 
Durant cette émission je voyais des personnes endeuillées par la perte d’un animal et c’était comme si elles perdaient un membre de leur famille, d’ailleurs l’une d’elle dit cette phrase d’anthologie :

« La mort ça devrait pas exister pour les animaux... »

C’est dire si ça va loin et que la vie humaine n’a plus vraiment d’importance, peut-être est-ce la faute de l’orgie de tueries que l’on voit chaque soir sur le petit écran. La mort de la race humaine finit tellement par se banaliser que cela paraîtrait suspect que cela s’arrête un jour !
Je crois que la lobotomie n’est pas une opération chirurgicale, cela ressemble plutôt à un virus qui se repend à vitesse grand V sur la planète et franchement cela me fait plus peur que la grippe aviaire. Einstein disait qu’en ce bas monde il y avait deux choses infinies ; le cosmos et la bêtise humaine...

Dernièrement j’ai vu qu’un hôtel de luxe pour animaux de maîtres fortunés avait ouvert ses portes. Il y a aussi des instituts de massage pour chiens et chats, des psys pour animaux stressés, des salons de coiffure et de toilettage, des bijoux colliers, des concours de beauté, des cimetières pour ces petits compagnons et aussi l’industrie alimentaire de la croquette avec « régime spécial » contenant plus de vitamines qu’un petit africain ne pourra jamais en consommer dans sa vie écourtée par la faim...

Bref ce monde occidental décadent se transforme en chenil de luxe pour cabots capricieux et perd toute notion des priorités et ça j’ai pu le constater lors du génocide Rwandais.
En effet lors d’une interview un général cita cette phrase qui résume tout et qui montre bien où nous en sommes arrivés :

 « Personne n’a réagi et le monde entier à laisser perpétrer ce génocide, mais s’il avait été question de l’extermination des derniers gorilles de la forêt, les médias, l’opinion mondiale, ainsi que les gouvernements seraient immédiatement intervenus... »

Ma vie de prisonnier vaut moins que celle d’un chien et cela me fait une drôle d’impression que de vivre une telle expérience, cela me donne une réelle notion de ce qu’est ma place dans cette société où règne la dictature de l’animalité domestique. Les détenus et leur déplorable condition de vie n’intéressent pas les pouvoirs publics et l’opinion. Par contre, si l’on parle d’un cas de maltraitance animale on verra « la Bardot » et autres associations monter au créneau pour défendre leur cause et les gens la larme à l’œil prendront fait et cause pour cette lutte et seront même prêt à descendre dans les rues pour la défense de ces animaux en danger...
Je n’ai rien contre les chiens mais le fait d’en croiser un et de me dire que sa vie à plus de valeur que la mienne ça me donne envie d’aboyer et de mordre... humour !

Tous les week-ends Drucker s’invite dans les foyers lors de son émission « vivement dimanche » et qui peut-on y voir vautrée sur son canapé rouge, « Olga », sa chienne !
C’est « Elle » la vrai vedette de l’émission, car tous le showbiz lui fait des caresses et des papouilles. La voir se prélasser ainsi sur ce canapé comme une bien heureuse me donne le vertige alors que je vois tant de misères humaines dans l’univers qui m’entoure. Quelle indécence !
Allons ! Pas de comparaison possible et pourtant, « Olga » a sa place sur le canapé rouge et dans le cœur des français. Si seulement on me donnait quelques minutes de son temps d’antenne, je pourrais en dire des choses pour essayer de sauver mes frères d’infortunes qui crèvent dans les geôles. La vie est mal faite pour les opprimés de tout bord, parfois vaut mieux être un chien pour voir sa dignité respectée et défendue.

De temps en temps l’actualité s’emballe en s’emparant de quelques faits divers liés à des animaux comme « Cannelle », l’oursonne des Pyrénées, abattu par un chasseur, la baleine de la Tamise qu’on a essayer de sauver avec de gros moyens, le chat de Blair, le chien du président Bush, l’Orque d’Hollywood qu’on essaya de réintroduire en milieu marin à coup de millions de dollars...sans parler de ces dauphins rendus sympathiques par le « Grand bleue » et autres mammifères adorables qui deviennent de temps à autres de véritables héros, tout cela provoque une émotion populaire que je trouve déplacé et exagéré dans un monde où tant d’humains se meurent de tant d’horreurs.
Les émissions spécialisés et le traitement de l’actualité sur ce genre de faits animaliers contribuent à semer la confusion dans l’esprit des gens des pays occidentaux dont les valeurs s’inversent complètement au détriment du reste de l’humanité en souffrance.
L’écologie et la protection des animaux sont nécessaire pour le bien être de la planète, cependant il ne faut pas se tromper dans l’échelle des valeurs, l’humanité doit être et reste prioritaire.

Voilà pourquoi en prison on a tant de mal à regarder ce genre de programmes alors que l’on fait si peu cas de notre situation, ils n’ont que ce qu’ils méritent, penseront certain. Peu importe, il est temps que l’humanité reprenne ses droits et que le « sketch » de Devos ne devienne pas une réalité. Il est temps pour vous de regarder en face la souffrance de vos voisins, proches ou éloignés, pour essayer de les soulager d’une façon ou d’une autre, car demain, qui sait, c’est peut-être votre vie qui ne vaudra pas plus que celle d’un chien... 

A bientôt sur le « BLOG » pour la suite.
 
Laurent JACQUA
Avril 2006