14262 articles - 12260 brèves

Documents associés :

Type : JPEG

Taille : 29.4 kb

Date : 28-11-2005

(2004-2005) De la prison aux planches

Mise en ligne : 28 November 2005

Dernière modification : 28 November 2005

Texte de l'article :

Alain Régus, le metteur en scène de Paradigatoire

Cinq détenus de la prison de Muret viendront se produire, ce samedi
ainsi que le 3 décembre 2005, au Théâtre du Grand-Rond, à Toulouse

Paradigatoire
C’est le nom de la pièce qu’ont élaborée la troupe amateur des détenus de la prison de Muret. ils la joueront samedi ainsi que le 3 décembre, à 15 heures, au Théâtre du Grand-Rond.

"Ils ont choisi seuls le nom de la représentation", tient à préciser Alain Régus, le metteur en scène engagé dans cette aventure démarrée en 2004.

"Le service pénitentaire d’insertion et de probation (Spip) a fait appel à la compagnie Le Printemps à l’intérieur pour proposer un stage de théâtre d’une semaine à certains détenus. Cette initiative a été réitérée fin 2004, pour une période de cinq mois, ce qui nous a permis de produire une double représentation dans l’enceinte de la prison. Aujourd’hui, nous arrivons à sortir des détenus pour un spectacle."

Ils étaient six à devoir se produire pour la première fois sur les planches d’une scène. Six détenus condamnés à de longues peines. Les démarches administratives ont été longues et incertaines, jusqu’à la dernière minute.

*Répétitions tous les matins*
Au final, ils ne seront que cinq à avoir le privilège de se sentir acteurs, l’autorisation du sixième ayant été retirée.

Alain Régus a travaillé avec les détenus, en répétant avec eux tous les matins en prison, en ne tenant pas compte des conditions particulières de la mise en place du spectacle. "La première fois, j’ai été impressionné par l’environnement de la prison, et je savais que je n’allais pas avoir affaire à de simples voleurs de poules. Très vite, j’ai été agréablement surpris de la courtoisie des détenus."

Le metteur en scène se mettra dans la peau du sixième acteur, avec la seule gêne de ne pas avoir eu l’occasion de se consacrer totalement à son rôle premier.

En dehors de l’immense satisfaction d’avoir franchi un premier pas de géant dans cette aventure, le stress d’Alain Régus ne pourra s’évacuer qu’après la réussite de son spectacle auprès du public.

Source : Métro

Alain Régus, le metteur en scène de Paradigatoire