14557 articles - 12260 brèves

Documents associés :

Type : Word

Taille : 8.1 kb

Date : 5-12-2004

(2004-13/10) Annonce des raisons de sa grève de la faim

Mise en ligne : 28 December 2004

Texte de l'article :

Alexandre Yotopoulos a écrit le 13/10 une déclaration, publiée dans
Eleytherotypia, où il annonçait entreprendre à son tour une grève de la faim pour les conditions de détention, ce qu’il a fait samedi dernier

Déclaration d’Alexandre Yotopoulos

J’ai dénoncé, à maintes reprises, les conditions de détention
défavorables, illégales et inhumaines. Cette question sérieuse n’est
qu’une partie de tout un ensemble.
Avant ceci, existe la législation extraordinaire, la procédure
préliminaire d’exception, les traitements pharmaceutiques et les
tortures, les apologies illégales pendant l’instruction préliminaire et
l’instruction, l’exclusion exceptionnelle de certains juges et le choix
de certains autres, le tribunal d’exception, le procès injuste, les
peines injustes et les condamnations d’une série d’innocents. J’ai été
condamné à 21 fois la perpétuité, sous la diction des américains, sans
qu’existe le moindre élément qui fonde l’action de la responsabilité
morale même sur une affaire.
Il s’agit d’une condamnation-scandale, qui aujourd’hui n’a lieu que dans
les dictatures abominables et ridicules du tiers monde. Alors que,
pendant plus d’un an, ils faisaient régulièrement un lavage de cerveau
afin de convaincre le peuple grec que j’étais le chef du 17N, ils ont
été obligés par les faits d’opérer une retraite désordonnée quand ils
ont vu que même leurs propres sondages montraient que la majorité des
gens croyait le contraire. Ils avouent maintenant ouvertement que je
n’étais pas le chef, me donnant raison, et ils inventent... un bureau
mystérieux dont j’aurais été membre, bureau dont on n’a pas entendu dire
même un mot pendant les huit mois du procès.
Si le ridicule tuait, le siège serait mort.
Et pour ceux qui ont caractérisé la décision comme étant équilibrée, et
ont parlé de démocratie, il suffit qu’ils regardent l’Allemagne
actuelle, au moment de procès pareils, avec des éléments du même type ;
les Cours de Justice n’ont pas hésité à innocenter un accusé arabe,
poursuivi pour complicité dans l’attaque contre les tours jumelles ; et
on pourrait aussi parler de ce qui concerne Weinrich.... Mais
l’Allemagne a bâti sa justice après la guerre sur des bases
démocratiques saines, tandis que dans notre démocratie, trente ans après
la chute de la junte, notre justice, à ses degrés les plus élevés, est
encadrée par des fonctionnaires judiciaires qui ont servi la junte, aux
places vitales. Il est naturel qu’ils veuillent écraser quelqu’un qui a
fait une résistance contre la dictature.
Pour toutes ces raisons, et pour entreprendre une action de
protestation, je participerai à la grève de la faim à partir du samedi
16 octobre.
Pour le rétablissement de la vérité, je considère que c’est un devoir de
souligner la contribution catalytique de Vasilis Tzortzatos à cette
mobilisation. Il a commencé le premier, et seul, le 9 août, une grève de
la faim contre les conditions de détention, qu’il a poursuivi durant 43
jours, dans des conditions très difficiles, sans aide, avec un très
petit soutien de dehors. C’est cette grève qui a été étendue
aujourd’hui. Pendant sa durée, une recul partiel des autorités a été
effectué. On a baissé les éléments métalliques du petit espace de la
cour de 10 mètres à 4,5 mètre. Avec une indifférence complète, pour ce
qui concerne sa santé, de la part des responsables. Après les trois
épisodes d’évanouissement qu’il a présentés, ils ont refusé de le
transporter à hôpital extérieur, ainsi que l’avaient exigé les médecins
extérieurs qui se sont déplacés afin de constater si quelque chose de
plus sérieux lui était arrivé ; on s’est contenté de lui donner un
cordial. Par conséquent, on ne sait si les incidents quotidiens de
paralysie de la partie gauche de son visage et de sa bouche qu’il
présente aujourd’hui, plus de 15 jours après la fin de sa grève de la
faim, ne sont pas des éléments d’un dommage plus permanent qui atteint
sa santé.

Alekos Yotopoulos
Prisons de Korydallos
Le 13 octobre 2004.