14223 articles - 12260 brèves

(2003) Aides Paris - Prévention et soutien en direction des personnes détenues

Mise en ligne : 1 December 2003

Dernière modification : 19 August 2006

Texte de l'article :


Fiche actions n°1
Permanences de soutien

Objectifs opérationnels :
> Accompagner la personne qui en fait la demande dans son parcours avec le VIH
> Améliorer les conditions d’incarcération de toute personne séropositive au VIH ou malade du sida, en assurant une présence régulière dans l’établissement.
> Assurer un rôle de médiation entre les personnes concernées, leur entourage et les équipes de l’établissement.
> Répondre aux demandes d’information sur la maladie sur les traitements, mais aussi sur les droits juridiques sociaux, en diffusant une documentation appropriée chaque problématique (publications de AIDES Ile de France, documentation associative, etc.).
> Ecouter toutes les interrogations et les peurs, sans oublier simple contact humain avec les personnes.
> Soutenir l’effort d’observance.
> Encourager les comportements préventifs, en valorisant l’usage couplé du préservatif et du test de dépistage, ainsi que la démarche de consultation après toute exposition à risque. Pour cela, nous devons favoriser l’accès au matériel de prévention (préservatifs masculins, féminins et doses individuelles de gel sont mis à la disposition des personnes).
> Assurer l’interface avec les ressources de l’association ou d’autres structures.

Publics cibles
Personnes séropositives au VIH ou malades du sida qui formulent la demande

Responsables du projet  
Coordinateur élu : Coordinateur de programme - Fabrice Boudinet

Intervenants de l’association
Les volontaires du groupe

Partenaires du projet
Aucun

Lieux d’intervention
Maison d’arrêt de la santé

Calendrier 
A évaluer

Description des modalités d’intervention
Stratégie d’approche de l’usager
> Tenue de permanences d’écoute, destinées aux personnes
> Accompagner les personnes dans les moments clés de leur maladie (l’attente du résultat d’un test de dépistage , la découverte de la séropositivité au VIH, l’échec thérapeutique, l’hospitalisation, etc.) mais aussi dans leurs démarches administratives et juridiques diverses. Permettre la production de la parole.
> Assurer l’interface entre les personnes et les ressources existantes lorsque cela est nécessaire.
> Faire remonter les dysfonctionnements éventuels, constatés sur le terrain, auprès des différentes instances concernées.
> Rendre 1’information accessible, sur les différents thèmes ayant un rapport avec la maladie, en diffusant une documentation appropriée.
> Soutenir l’effort d’observance, en informant les personnes rencontrées sur la complexité des nouveaux traitements, et en les accompagnant dans les étapes importantes de la maladie, comme l’anxiété face au démarrage d’un traitement, l’arrêt ou le changement de ce traitement, les effets indésirables, les problèmes relationnels rencontrés avec le corps médical, la lassitude face à la durée et à l’importance des traitements. Ce travail se fait en lien avec le conseiller technique thérapeutique, salarié de l’association, qui se charge de la formation continue des volontaires, notamment sur les traitements.
> Valoriser les comportements préventifs, en mettant à la disposition des personnes le matériel de prévention adéquat.

Les principes éthiques de l’intervention
> Ils reposent sur l’éthique de l’association, détaillée dans la Charte des Volontaires de AIDES, et sont basés sur l’écoute, la confidentialité, le non jugement et le respect des personnes et de leurs choix.
> Le soutien apporté aux personnes est assuré par les méthodes de co-conseil, basées sur la croyance en la dignité et en la valeur de l’individu., dans la reconnaissance de sa liberté à déterminer ses propres valeurs et objectifs, et dans son droit à poursuivre son style de vie.

La formation et l’encadrement des intervenants
> Les volontaires suivent la formation initiale, dispensée par AIDES Ile de France, spécifique aux problématiques de l’infection à VIH. Cette formation aborde différents thèmes : aspects virologiques et biologiques, aspects médicaux, aspects psychologiques, aspects sociaux, aspects juridiques, relation d’aide et fonctionnement associatif.
> Ils bénéficient, par ailleurs, d’une formation continue leur permettant d’actualiser leurs connaissances
> Une réunion de ressourcement et d’échange de pratique à lieu, chaque mois. Soutien des volontaires, et ciment du groupe, c’est aussi un espace de réflexion sur les actions entreprises.
> La mise en place de séquences de régulation, permet aux volontaires d’aborder, en groupe, les difficultés rencontrées sur le terrain. Chaque groupe est constitué de volontaires intervenant dans différents hôpitaux.
> Le volontaire peut à tout moment contacter l’équipe des salariés de l’association, qui est à sa disposition pour toute demande d’information, de mise en lien ou de soutien.

Indicateurs d’évaluation
L’utilisation systématique d’un outil d’évaluation du travail des volontaires, doit nous permettre d’évaluer les aspects suivants :
> Nombre de personnes rencontrées
> Nombre de suivis.
> Motif de l’entretien avec le volontaire (thérapeutique, psychologique, social, prévention, convivialité et informations diverses)

Ce travail de restitution, contribue à assurer la mission de témoignage de l’association, et d’autre part à avoir une meilleur visibilité du public rencontré en milieu carcéral,

Autres indicateurs quantitatifs :
> Nombre de permanences effectuées.
> Nombre de préservatifs distribués.
> Nombre de doses individuelles de gel distribuées.
> Nombre de Remaides diffusés.

Fiche action n°2
Actions de prévention en groupe

Objectifs opérationnels
- Maintenir la visibilité de l’épidémie auprès de ce public
- donner une information de proximité sur le VIH - Sida
- rappeler la nécessité de la prévention (V.I.H., I.S.T.)
- diffuser du matériel de prévention
- mettre l’accent sur l’importance du test de dépistage et ses modalités.
- permettre un espace de parole autour du VIH - Sida
- Insister sur les risques liés à la consommation de drogues.
- Offrir un espace d’information et de parole à des personnes en difficulté, quant à leur prise de risques et s’interrogeant sur leurs conduites

Publie ciblé
les détenus

Chefs de projet
Coordinateur élu : Coordinateur de programme Fabrice Boudinet

Partenaire/intervenants
Les volontaires du groupe détenus

Lieu d’intervention
Maison d’arrêt de la santé

Calendrier
A confirmer : une action hebdomadaire

Description des modalités d’action 
Ces contacts peuvent donner lieu à de courtes discussions, les entretiens nécessitant un approfondissement peuvent donner lieu à une orientation, notamment vers nos permanences en journée.
Un débriefing a lieu à la fin de l’action.

Indicateurs d’évaluation
Fiches d’évaluation.


Fiche action n°3
 Lobbying et création d’outils de Communication

Objectifs opérationnels  
- Diffuser largement des outils de prévention adaptés et novateurs.
- Renforcer l’implication des établissements commerciaux et des associations gays dans la, lutte contre le SIDA.
- Veiller à l’observance des engagements
- Formation des professionnels institutionnels

Publie ciblé 
Grand public et institutions au bénéfice des détenus

Chefs de projet  
Coordinateur élu : Coordinateur de programme Fabrice Boudinet

Partenaire/Intervenant  
Les volontaires du groupe détenus
La CER Formation AIDES IDF

Lieu d’intervention  
Variable

Calendrier  
A définir

Description des modalités d’action  
Tissage partenariat du réseau pour l’implantation communautaire de cet espace de réduction des risques
Formation des professionnels institutionnels
Informer les publics professionnels ciblés sur la prévention, la réduction des risques auprès des UDVI. Faire en sorte, en vue d’intégration, que les publics visés :
- Connaissent des membres de l’équipe et l’objet de notre action.
- Comprennent les principes de la Réduction des risques.
- Intègrent l’intérêt de notre action
- Favorisent la relation entre professionnels et UDVI, afin notamment de faciliter l’accès des usagers aux droits communs
Rencontres régulières de préparation avec les responsables durant la préparation.
Sessions de formations en une séance de deux heures afin de permettre une première sensibilisation et information.
 
Evaluation
Comité d’évaluation