14463 articles - 12260 brèves

DREES Direction de la Recherche des Etudes de l’Evaluation et des Statistiques

(2002) Les services médico-psychologiques régionaux (SMPR)

Mise en ligne : 19 January 2006

Dernière modification : 22 January 2006

Texte de l'article :

Mis en place en 1986, les services médico-psychologiques régionaux (SMPR) sont chargés de la prévention et de la prise en charge des soins psychiatriques en milieu pénitentiaire.

Rattachés à un établissement de santé, ils constituent la structure de base du secteur de psychiatrie en milieu pénitentiaire. Contrairement aux secteurs de psychiatrie générale et infanto-juvénile, leur aire géographique n’est pas définie par référence à une taille de population couverte, mais aux limites géographiques d’une région pénitentiaire.

Il existe actuellement en France, 26 SMPR situés dans l’enceinte de deux types d’établissements :
des maisons d’arrêt, établissements pénitentiaires recevant les prévenus (détenus en attente de jugement) et les condamnés dont le reliquat de peine est inférieur à un an ou des centres de détention recevant les condamnés considérés comme présentant de bonnes perspectives de réinsertion. Les SMPR ne couvrent pas les maisons centrales, recevant les condamnés aux plus longues peines. Dans les établissements ne disposant pas de SMPR, c’est le secteur de psychiatrie générale ou infantojuvénile qui intervient. En raison du type de population accueillie dans les établissements disposant d’un SMPR, les flux d’entrée et de sortie sont importants, aussi ces services constituent-ils un lieu propice à un premier dépistage d’éventuelles pathologies mentales.

Les derniers SMPR créés sont ceux de Châteauroux et de Pointe-à-Pitre (1997). Certaines régions en sont dépourvues en raison de leur faible population pénale (Auvergne, Corse, Franche-Comté, Guyane, Limousin), laquelle est prise en charge par le SMPR d’une autre région. Au total, en 2001, les SMPR couvraient 144 000 détenus (dont 48 000 présents au 1er janvier 2001 et 96 000 incarcérations durant l’année), soit en moyenne 5 500 patients potentiels par SMPR.

Sur les 26 SMPR, 20 sont rattachés à des centres hospitaliers spécialisés en psychiatrie, trois à des centres hospitaliers régionaux, deux à des centres hospitaliers généraux et un à un hôpital psychiatrique privé participant au service public hospitalier.

Le SMPR a en charge les soins courants des détenus de son établissement d’implantation et les soins plus intensifs des détenus des établissements pénitentiaires de son secteur. Ils sont en outre chargés du suivi psychiatrique post-pénal, en coordination avec les équipes des secteurs de psychiatrie générale et infanto-juvénile.