14239 articles - 12260 brèves

(2004) L’échange de seringues en prison : leçons d’un examen complet des données et expériences internationales

2 Méthodologie

Mise en ligne : 7 June 2006

Texte de l'article :

Méthodologie 

Les données présentées dans ce rapport ont été colligées pendant une période de 18 mois commençant en octobre 2002.

On a procédé à une revue de la littérature internationale qui a inclus :
- le VIH
- le VHC
- l’injection de drogue
- les mesures de réduction des méfaits
- les programmes d’échange de seringues.

Les sources canadiennes et internationales utilisées incluent des rapports et des articles publiés dans des revues, des exposés présentés lors de congrès, des publications gouvernementales et des rapports de services de prisons. Ces documents incluent des travaux et des recherches sur ces sujets, déjà publiés par les auteurs du rapport.

De plus, de nouvelles recherches ont été effectuées lors des visites de programmes d’échange de seringues en prison dans les quatre pays où de telles initiatives étaient en cours en octobre 2002. Des visites ont été effectuées dans les prisons suivantes :
- en Moldavie : Prison Colony 18 (Branesti), du 11 au 18 novembre 2002
- en Suisse : Hindelbank (Berne), Saxerriet (Salez), Obershöngrün (Berne), du 1er au 5 juin 2003
- en Allemagne : Lichtenberg (Berlin), Vechta (Basse-Saxe), du 11 au 14 juin 2003
- en Espagne : Soto de Real (Madrid), du 25 au 28 mai 2003.

Lors de ces visites, on a observé les programmes d’échange de seringues et réalisé des entrevues non structurées avec des employés médicaux des prisons, les directeurs d’établissements, des professionnels de l’extérieur qui travaillent aux politiques sur les drogues et/ou à la réduction des méfaits, de même que des détenus. Dans certains cas, on a aussi interviewé des responsables au sein du gouvernement et/ou des représentants d’organismes non gouvernementaux.

Pendant la phase de recherche, des programmes d’échange de seringues ont été initiés dans des prisons de deux autres pays - le Kirghizstan et la Biélorussie. Puisqu’ils n’étaient pas en fonction au moment où le plan de recherche se développait (octobre 2002), il n’a pas été possible de visiter des prisons de ces pays. La recherche a donc été effectuée par les moyens suivants :
- communications personnelles avec les employés impliqués dans la coordination des programmes d’échange de seringues
- entretiens avec les organismes qui financent les programmes
- et documents fournis aux auteurs par les sources susmentionnées, notamment des demandes de financement, des rapports de projet et des exposés à des congrès.

Vu l’impossibilité de visiter ces prisons, l’information fournie dans les parties du rapport qui portent sur le Kirghizstan et la Biélorussie est moins détaillée que pour les autres pays.

En outre, pendant la rédaction du rapport, en mars 2004, les auteurs ont procédé à un suivi auprès de contacts dans quelques pays afin de vérifier et de clarifier l’information obtenue antérieurement et/ou pour obtenir des mises à jour sur la situation dans le système de prisons d’un pays en particulier.