14262 articles - 12260 brèves

120 suicides dans les prisons en 2002, un psychiatre chargé d’une réflexion.

par Françoise MICHEL

Mise en ligne : 24 January 2003

Dernière modification : 26 March 2005

Texte de l'article :

PARIS, 23 jan (AFP)
Le nombre de suicides en prison a été de 120 en 2002, soit 16 de plus qu’en 2001, a-t-on appris auprès de la Chancellerie où une mission de réflexion sur ce phénomène a été confiée jeudi à un psychiatre, spécialiste de cette question.

Le taux de suicide a atteint 22,8 pour 10.000 détenus contre 21,6 en 2001 après 24 en 1999 et 2000, selon la même source. Ce taux était de 10 en 1980.

Reconnaissant que le nombre de suicides survenus en détention a "considérablement augmenté" au cours des vingt dernières années, le ministère de la justice et celui de la santé ont confié jeudi une mission de réflexion au psychiatre Jean-Louis Terra.

Ce spécialiste du suicide doit "évaluer les actions mises en place jusqu’à présent et proposer les éléments" pour mettre en oeuvre "un programme complet de prévention du suicide", souligne la lettre de mission adressée au professeur Terra, chef de service au centre hospitalier Le Vinatier de Bron (Rhône).

Le secrétaire d’Etat aux programmes immobiliers de la justice, Pierre Bédier, avait souligné début janvier que le taux de suicides en détention en France était "deux fois plus élevé qu’en Allemagne".

Le professeur Terra devra notamment s’attacher à identifier les facteurs qui ont conduit le détenu au suicide ainsi qu’à la formation du personnel pénitentiaire, en particulier pour qu’il puisse repérer les signes annonciateurs du passage à l’acte.

Rapport après l’été
Le psychiatre doit remettre son rapport avant le 15 septembre prochain, précise la lettre de mission dont l’AFP a reçu copie.

Le professeur Terra a participé depuis 1997 à la conception et à la réalisation du programme national de prévention du suicide piloté par le ministère de la santé.

A l’annonce de cette nomination, l’Observatoire International des Prisons (OIP), une ONG qui lutte pour le respect des droits des détenus, a regretté qu’une seule personne "même qualifiée" soit nommée pour mener une telle reflexion et pas une commission de plusieurs membres.

Elle a souhaité que Jean-Louis Terra "impose un regard extérieur sur le problème du suicide en prison" et n’accepte pas comme "une fatalité que le taux de suicide soit plus important en prison qu’à l’extérieur".

Selon Patrick Marest, délégué de l’OIP, le taux de suicide en prison est sept fois plus élevé qu’à l’extérieur.

"Depuis 10 ans, le phénomène du suicide en prison est hors de contrôle. Il n’est jamais redescendu en-dessous de 100 cas par an", a regretté le responsable de l’OIP.

Notant que ce phénomène n’est pas forcément lié à la surpopulation carcérale, il a souhaité que de "véritables enquêtes" soient menées dans les établissements où le taux de suicide est anormalement élevé.

Trois suicides de détenus, deux femmes et un homme, sont survenus ces trois derniers jours en région parisienne à Fleury-Mérogis (Essonne) et Poissy (Yvelines).